3 Ivoiriennes, modèles de leaders féminins

Répandre l'amour de l'islam

Elles sont dynamiques, entreprenantes et ont réussi à se faire une place dans la société ivoirienne. Découvrez ces grandes dirigeantes.


Massogbè Touré épouse Diabaté, PDG de SITA

A 54 ans, elle est la fondatrice et présidente du groupe agro-industriel SITA spécialisé dans la transformation de noix de cajou en Côte d’Ivoire. SITA emploie près d’un millier de personnes, essentiellement des femmes. Le groupe détient également des filiales dans la transformation du riz, l’hôtellerie, le transport et le crédit. Massogbè Touré épouse Diabaté est par ailleurs au conseil d’administration du patronat ivoirien. Engagée en faveur de la promotion de l’entrepreneuriat féminin, elle est responsable régionale de l’organisation panafricaine New Faces New Voices.

Kadi Fadika-Coulibaly, directrice générale de HUDSON

Spécialiste de la finance d’entreprise, Kadi Fadika-Coulibaly est la directrice générale du courtier ivoirien SGI Hudson&Cie depuis 2012. Elle a commencé sa carrière en tant qu’animateur avant de faire un passage à la RBC banque royale au Canada. Hudson se hisse au second rang des sociétés de Bourses agréées avec un volume traité de 120 milliards de Fcfa en 2015. Kadi Fadika-Coulibaly est titulaire d’un MBA de l’Université Howard, à Washington et d’une Maîtrise en ingénierie économique de l’Université de Toulouse.

Marie Anne Gisèle Assanvo, directrice générale de MYRHANN entreprises

Titulaire d’un Master en marketing strategique de l’Université de Greenwich en Angleterre, elle cumule plus d’une dizaine d’années d’expériences dans le domaine de la traduction et l’interprétation et l’accompagnement linguistique. En vue de positionner son statut de traduction assermentée près de la Cour d’appel ivoirienne, elle a décidé de créer une entreprise à l’endroit des entreprises et particuliers. Coaching, consultance linguistique, etc. Elle partage également sa passion de l’anglais à travers Girls English Empowerment Program qui aide les filles à briser les barrières linguistiques et les complexes culturels.

Bérénice Tetchi

(Stagiaire)