Académie des sciences d’Outre-mer / Le Pr Bakayoko-Ly Ramata accède à l’immortalité…

Répandre l'amour de l'Islam

Élue pour l’ensemble de son œuvre, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique siège désormais dans cette société savante.

Première femme présidente d’université en Côte d’ivoire, première femme ministre de l’Enseignement supérieure de la Recherche. Scientifique de ce pays, le Pr Bakayoko-Ly Ramata est devenue la première Ivoirienne à intégrer l’Académie des sciences d’Outre-mer. Confirmant, pour ceux qui en doutaient encore, qu’elle fait partie de la race des intellectuels qui marquent leur temps. Laissant à la postérité des repères objectifs pour dire leur histoire, leur contribution à la diffusion du savoir et au développement de leur pays, Son investiture en tant que nouveau membre a eu lieu le 30 mars à Paris, en présence de Chartes Gornis, ambassadeur de la Côte d’ivoire en France, Denise Houphouët-Boigny, ambassadeur de la Côte d’ivoire près l’Unesco, Abdou Touré, l’ambassadeur de la Côte d’ivoire près l’Organisation internationale de ta Francophonie. Elle était accompagnée de ses proches collaborateurs dont les présidents d’université, les professeurs Abou Karamoko, Poarrté Lazare, Koné Tiémoman.

Au cours de cette cérémonie solennelle, le secrétaire perpétuel de l’institution, Pierre Gény, dans la présentation de la nouvelle élue, a salué « son ouverture d’esprit et ses compétences élargies dans le domaine de ‘l’enseignement supérieur ». Avant de se réjouir de « son lien profond  avec la francophonie universitaire », « Un parcours universitaire brillant» qui, affirme-t-il, la qualifie totalement à siéger dans cette société savante qui se veut un temple de la Francophonie,

« En ce jour mémorable, je me sens éminemment honorée, avec mon investiture à l’Académie des sciences d’Outre-mer, en qualité de Correspondante de la 2e Section. À travers ma personne, c’est en réalité la Côte d’ivoire, le Président de la République, le Premier ministre, le gouvernement, la communauté scientifique nationale, le Conseil africain et malgache
pour l’enseignement supérieur (Cames) et ma famille qui s‘en
trouvent honorés. Au nom de
mon pays, de ses plus hautes  autorités, des institutions susmentionnées, de ma famille et en mon nom propre, je voudrais témoigner ma profonde gratitude
à l’Académie des sciences d’Outre-mer, pour l’historicité de cette distinction qui me va droit au cœur », a indiqué Ly Ramata.

Élue en qualité de membre correspondant pour l’ensemble de son œuvre, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique rejoint dans cette institution prestigieuse d’illustres personnalités ivoiriennes : les Présidents Félix Houphouët-Boigny, Alassane Ouattara, l’écrivain Bernard B. Dadié et le Professeur de Droit Okou Henri Legré.

La toute nouvelle académicienne a dit sa fierté de marcher dans les pas de ces grands hommes qui lui ont ouvert la voie. Pour son installation, comme il est de tradition, le Pr Bakayoko-Ly Ramata a prononcé une conférence sur le thème « Enseignement supérieur, recherche et innovation en Côte d’ivoire : défis et perspectives ».

Selon elle, la Côte d’ivoire qui aspire à être un pays émergent a fait de l’enseignement Je n’aurais raté cette cérémonie d’investiture pour rien au supérieur un levier essentiel de son développement. Le ministre a insisté sur les nombreux efforts du Chef de l’État pour revitaliser l’enseignement supérieur et la recherche.

« A cette fin, des réformes institutionnelles, structurelles et académiques sont en cours pour améliorer la qualité de l’offre de formation, sa pertinence et la gouvernance des institutions d’enseignement supérieur et de recherche, afin d’assurer une meilleure insertion professionnelle des diplômés », a-t-elle relevé.

Cet exposé lui a permis de partager sa vision d’un enseignement supérieur dynamique, adapté aux exigences et capable de relever les défis de développement.

La qualité et la pertinence de la présentation ont certainement conforté les membres de cette société savante de la justesse de leur choix sur proposition de Jean marc Simon (ex ambassadeur de France en Côte d’ivoire).

En tout cas, cette cooptation vient saluer le parcours d’une universitaire respectée par ses pairs. Intelligence, humanisme, humilité, intégrité… sont les qualités qui caractérisent cette intellectuelle de haut vol. Des valeurs qui rejoignent la devise de l’Académie des sciences d’Outre-mer : savoir, comprendre, respecter et aimer.

En effet, la quête et le partage du savoir ont toujours été une sorte d’obsession pour ce Professeur titulaire des universités. Après l’obtention de son doctorat en chirurgie dentaire en 1980, elle résiste à la tentation d’ouvrir un cabinet, La jeune chirurgienne-dentiste snobe la facilité et s’engage dans une ascension escarpée mais valorisante vers le savoir. Un coup d’œil sur son curriculum vitae résumé finit par convaincre le regard le plus inquisiteur sur le poids intellectuel de cette femme qui avance sans bruit.

À 63 ans, c’est une universitaire accomplie qui fait son entrée à l’Académie des sciences d’Outre-mer. Triomphalement ? Non. Toujours avec l’humilité qu’on lui connaît. « Je voudrais confesser publiquement que j’ai accepté de travailler à vos côtés, parce que j’ai la conviction qu’avec votre très grande expérience et votre patience, j’ai une occasion idéale pour me former en vue de mener à bien ma nouvelle mission et de contribuer, dans le même élan, à la construction du développement économique, social, politique et culturel de la Côte d’ivoire », a-t-elle expliqué.
Simplement, La Côte d’ivoire peut être fière.

Fraternité Matin