Affaire 3è mandat de Ouattara : « Attendez de voir. Ne courez pas plus vite que vos pieds », (Duncan)

Répandre l'amour de l'Islam

Bongouanou – Le vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan a conseillé dimanche aux militants de sa formation politique, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire ( PDCI) « d’attendre de voir et de ne pas courrir plus vite que leurs pieds» relativement à l’intention supposée que ces derniers prêtent au président ivoirien quant à sa volonté de briguer un troisième mandat.

« C’est une possibilité. Il n’a pas dit qu’il va être candidat. Vous êtes trop pressés. Attendez de voir. Ne courrez pas plus vite que vos pieds », a répondu M. Duncan à un militant de son parti à Bongouanou ( Centre-Est du pays, 198 km d’Abidjan) qui lui demandait de faire un commentaire sur une affirmation qui aurait été faite par M. Ouattara indiquant la possibilité pour lui de se présenter à la présidentielle ivoirienne de 2020 conformément à la nouvelle constitution ivoirienne de la troisième republique.

Le vice-président ivoirien qui est également le coordonnateur des vice-présidents du parti d’Henri Konan Bédié présidait une réunion des militants et cadres du PDCI-RDA de la région du Moronou dont l’objet était de sensibiliser ceux-ci sur le bien-fondé de la création du parti unifié des Houphouëtistes et la nécessité de participer massivement au recensement électoral à venir.

Relativement aux réserves émises par les militants PDCI du Moronou quant à la création du parti unifié RHDP qui ferait disparaître selon eux, leur parti et compromettre l’alternance au pouvoir en 2020 en faveur d’un cadre de leur formation politique, M. Duncan a vanté les mérites de ce parti unifié.

« Sur la question de l’accord politique, je voudrais dire ici que le RHDP n’est pas une création de quelques militants qui agiraient contre le PDCI », a soutenu M. Duncan expliquant qu’elle s’inscrit « dans la droite ligne de l’ambition du président de la république appuyé par son aîné le président Henri Konan Bédié de doter la Côte d’Ivoire d’institutions fortes et crédibles nécessaires pour renforcer !es bases de sa stabilité».

Poursuivant, le vice-président ivoirien a assuré avec insistance ses « camarades de parti » que le RHDP est « le fruit d’une action concertée avec un objectif majeur de rassembler les filles et fils d’Houphouët-Boigny».

Il a ajouté que son parti débattra de la question du parti unifié le 17 juin prochain lors d’un bureau politique. Qualifiant les présidents Ouattara et Bédié de « duo gagnant pour Côte d’Ivoire », M. Duncan a estimé « qu’en un mot comme en mille, si nous voulons éviter la division entre les héritiers du pères-fondateur, le RHDP apparaît comme la meilleure voie».

Avant lui, le vice-président du PDCI-RDA, par ailleurs inspecteur général d’État, Théophile Ahoua N’Doli, initiateur de la rencontre, a fait savoir que « nous sommes ici pour expliquer à vous militants du PDCI-RDA, les raisons et la nécessité de l’appartenance de notre parti au RHDP et vous permettre de mieux comprendre l’accord politique signé par les présidents Ouattara et Bédié et les autres leaders du RHDP ».

Conseillant aux militants « de ne pas avoir peur du RHDP», M. N’Doli a affirmé que « le RHDP ne détruira pas un parti au profit de l’autre ». Du compte-rendu de la mission des émissaires locaux du PDCI-RDA du Moronou auprès des militants pour expliquer le bien-fondé du parti unifié RHDP, il est globalement ressorti que les bases ne sont pas contre l’alliance Houphouëtiste, mais estime « non négociable », l’alternance en faveur de leur parti en 2020.

« Aller expliquer le parti unifié aux bases a été un exercice difficile », a auparavant fait remarquer le sénateur Séraphin Boni soulignant que «pour nos militants, le fait que le PDCI-RDA soit au pouvoir en 2020 est non négociable».

LB/ls