Allons-nous tous mourir de chaud ?

Répandre l'amour de l'islam

Un nouveau rapport prévoit que 75 % des habitants de la planète risquent de mourir de chaud d’ici 2100, selon la revue “Nature”.

En cette période de forte chaleur sur l’hexagone, une nouvelle étude alarmante vient rajouter une pierre à l’édifice des défenseurs du climat. Selon la revue “Nature” qui a été relayée dans National Geographic cette semaine, les trois quarts des habitants de la planète risquent de mourir de chaud d’ici la fin du siècle. En cause : les émissions de gaz à effet de serre en constante augmentation.

« Les vagues de chaleur meurtrières sont un phénomène très fréquent. Le fait que notre société ne s’inquiète pas davantage des dangers que cela implique m’échappe », déclare Camilo Mora, professeur à l’université de Hawaï à Manoa et principal auteur de l’étude. « La canicule qui a frappé l’Europe en 2003 a causé la mort d’environ 70 000 personnes, soit plus de 20 fois le nombre de personnes tuées dans les attentats du 11 septembre. »

Des milliers de victimes en Inde

La chaleur tue aujourd’hui dans plus de 60 régions du globe. Ces dernières années, des milliers de personnes en ont été victimes en Inde. Le nombre de canicules faisant plus de 100 morts a été multiplié dans ce pays par 2,5 en 50 ans. Pourtant, la température n’a augmenté que de 0,5 degré sur la période. Or, les prévisions des scientifiques font état d’une augmentation moyenne des températues de 5 degrés d’ici 2100 si rien ne change.

Au cours des deux dernières semaines, des dizaines de personnes ont succombé à la canicule actuelle qui sévit en Inde et au Pakistan, avec des températures atteignant un record de 53,5°C. Aux États-Unis, d’autres décès liés à la chaleur ont également été déjà constatés cet été. La canicule qui sévit depuis une semaine dans l’est du Canada a fait au moins 54 morts au Québec.

lepoint.fr