Conseils au sortir du Ramadan

Louange à Allah. Dites ! Est-ce que le jeûneur se comportera après le Ramadan comme il le faisait au cours de ce mois ou va-t-il être comme celle qui défaisait brin par brin sa quenouille après l’ avoir solidement filée (Coran, 16 :92 ) ? Dites ! Est-ce que celui-là même qui observait le jeûne pendant les journées du Ramadan et se livrait à la lecture du Coran, à la distribution des aumônes, aux prières nocturnes et à la prédication. Est-ce que celui là maintiendra cette conduite après le Ramadan ou va-t-il suivre l’autre chemin c’est-à-dire le chemin de Satan et commettre des actes de désobéissance, des péchés et de tout ce qui suscite la colère du Clément ? Le maintien par le musulman des bonnes pratiques après la fin du Ramadan est un indice de l’agrément de ses actes du Ramadan par le Généreux Donneur. Son abandon des bonnes actions après le Ramadan et son engagement dans la voie de Satan est une humiliation, une dégradation, une bassesse, un abaissement et un déshonneur.

C’est dans ce sens qu’al-Hassan al-Basri dit : « S’Il les estimait, ils ne Lui auraient pas désobéi. Quand un fidèle devient inintéressant aux yeux d’Allah, personne ne l’honorera ». A ce propos, le Très Haut dit : « Et quiconque Allah avilit n’ a personne pour l’ honorer ». (Coran, 22 : 18). Il est bien étonnant que des personnes qui se livrent pendant le Ramadan au jeûne, à la prière, à l’aumône, à la demande de pardon et aux (autres) actes d’obéissance envers le Maître de l’univers change de comportement dès la fin du mois, comme s’ils avaient subi un déclin ayant entraîné une détérioration de leurs rapports avec leur Maître. Ceci se traduit par l’abandon de la prière, la haine pour les bonnes œuvres et l’accomplissement d’actes de désobéissance. C’est ainsi que l’on désobéit à Allah le Majestueux et Très Haut en commettant diverses sortes d’actes de désobéissance et de péchés et en s’éloignant de l’obéissance du Roi, le Pur, le Pacifique.

Que sont mauvais ceux-là qui ne connaissent Allah qu’en Ramadan ! Le musulman doit faire du Ramadan une page nouvelle pour le repentir, le retour (vers Allah), l’obéissance et l’observance d’Allah en tout temps et en toute heure. Il convient donc qu’au sortir du Ramadan, le musulman perpétue les actes d’obéissance et évite les actes de désobéissance et le mauvais comportement pour continuer ce qu’il faisait pendant le Ramadan en fait de pratiques de nature à le rapprocher du Maître des créatures. A ce propos, le Puissant et Majestueux dit : « Et accomplis la Salâ aux deux extrémités du jour et à certaines heures de la nuit. Les bonnes œuvres dissipent les mauvaises. Cela est une exhortation pour ceux qui réfléchissent ». (Coran, 11 : 114). Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dit : « Fais succéder le bon acte au mauvais pour l’effacer et fais preuve d’un bon caractère dans vos rapports avec les gens » . Nul doute , la fonction pour laquelle Allah a créé la créature, la plus grande fonction est qu’on L’adore sans rien Lui associer.

Cette finalité suprême, qui consiste à réaliser la servitude envers Allah le Puissant, le Majestueux, se concrétise en Ramadan de fort belle manière. C’est pourquoi nous y voyons les gens se diriger individuellement et collectivement vers les maisons d’Allah le Très Haut. Nous les y voyons préoccuper de l’acquittement des prières prescrites à leurs heures, à la distribution des aumônes, à l’émulation dans les bonnes actions accomplies avec empressement. Car c’est en cela que l’on doit rivaliser car les émules seraient récompensés, s’il plaît à Allah. Mais il reste à savoir qui est celui qui sera raffermi par Allah grâce à la parole constante ici-bas et dans l’au-delà. C’est celui qu’Allah raffermira dans les bonnes actions après le Ramadan. Car Allah, le Puissant, le Majestueux dit : « Quiconque veut la puissance (qu’ il la cherche auprès d’ Allah) car la puissance tout entière est à Allah: vers Lui monte la bonne parole, et Il élève haut la bonne action. Et quand à ceux qui complotent de mauvaises actions, ils auront un dur châtiment.

Cependant, leur stratagème est voué à l’ échec ». (Coran, 35 : 10). Nul doute que l’œuvre pie fait partie des plus grands moyens qu’un fidèle peut utiliser en tout temps pour se rapprocher à Allah. En outre, le Maître du Ramadan est aussi le Maître de Djumada, de Shaaban, de DhulHidjdja, de Muharram, de Safar et des autres mois, et le culte qu’Allah, le Puissant, le Majestueux a établi pour nous repose sur cinq piliers – dont le jeûne pratiqué dans un temps déterminé. Quand ce temps est passé, les autres piliers comme le pèlerinage, la prière et la zakate restent. Et nous en sommes responsables devant Allah. Aussi devons-nous les accomplir de la façon qui complaît à Allah, le Puissant et Majestueux. Ce faisant, nous nous adonnons à ce pourquoi Allah, le Puissant et Majestueux nous a créés, comme il l’a dit : « Je n’ ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ ils M’ adorent ».

(Coran, 51 : 56). Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a orienté ses Compagnons vers l’émulation dans les bonnes actions et leur rapide accomplissement. A ce propos, il dit : « Il arrive souvent qu’un dirham l’emporte sur un dînar ». La meilleure aumône est celle effectuée malgré le besoin de son auteur. Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit que celui qui effectue une aumône dont il a lui-même besoin parce que ne se trouvant pas complètement à l’abri de la pauvreté et étant sain de corps et d’esprit, cette aumône là est considérée auprès d’Allah parmi les actions qui pèsent lourd sur la balance (destinée à déterminer le poids des actions dans l’au-delà) et figurera en bonne place parmi les œuvres jugées bonnes. Quant à celui qui atermoie et attend de tomber malade pour déclarer : j’ai destiné à Un tel ceci et à Un tel autre cela », celui-là risque de voir ses actions caduques. A ce propos, le Très Haut dit : Allah accueille seulement le repentir de ceux qui font le mal par ignorance et qui aussitôt se repentent. (Source: La revue ad-Daawa, n° 1774, p. 12)

Laisser un commentaire