Corniche, plages, espaces verts, l’Arabie Saoudite vers un futur plus moderne.

Répandre l'amour de l'islam

L’Arabie Saoudite prend le large et amorce un virage à 180 degrés comme l’ont fait avant elle les pays voisins. Depuis l’arrivée du roi Salmane au pouvoir, son fils, Mohamed ben Salmane, vice-prince héritier, chargé de poste clé au sein du gouvernement saoudien, a opéré dans la foulée de son père plusieurs changements dans le pays jusque-là paisible.
Il a notamment prévu de booster l’économie saoudienne à l’horizon 2030 avec pour objectif final de réduire la dépendance du pays au pétrole qui assure encore actuellement 90% de ses revenus.

Un bouleversement qui ne passe pas inaperçu et dont les médias internationaux se délectent tout en commentant chaque prise de décision du prince héritier avec moult détails.

Appelé « Vision saoudienne à l’horizon 2030 », le plan du vice-prince héritier Mohammed ben Salmane, est fondé sur la vente en Bourse d’une partie du géant pétrolier Aramco.
Le produit de la vente servira à créer un fond souverain estimé à 2 000 milliards de dollars (1 777 milliards d’euros). Les dividendes seront une alternative aux recettes pétrolières, en chute libre en raison de l’effondrement des cours du brut depuis 2014.
L’objectif de ce projet pharaonique est d’inciter les ménages à dépenser leur argent dans les loisirs mais aussi à réviser le système scolaire et développer l’industrie militaire entre autres.

Les travaux vont bon train à Djeddah, ville portuaire et moderne appelée aussi la « porte de la Mecque ». Le front de mer a été totalement rénové et inauguré en décembre dernier par le Prince Khaled Al Faisal. Une corniche a même été aménagée au grand bonheur des habitants et des touristes.
Il faut dire que le prince héritier a vu grand avec un investissement de 218 millions de dollars pour 700 000 mètres carrés accueillant une capacité de 120.000 personnes, le front de mer rivalise de modernité et de beauté avec les luxueuses villes balnéaires occidentales.
On y trouve des espaces verts et des places où les badauds peuvent admirer les nombreuses sculptures et fontaines aménagées, mais aussi une aire de jeux, des expositions d’œuvres d’artistes saoudiens, un espace d’attractions aquatiques, ainsi que trois plages.
Pour faciliter l’accès de la corniche, une passerelle de 650 mètres relie le centre-ville au bord de mer, une promenade pédestre qui ne manquera pas de charmer petits et grands.

Mais loin de s’arrêter en si bon chemin, Riyad continue sur sa lancée et alloue un fond de 4.8 milliards de dollars supplémentaires destiné à un second plan d’aménagement, annonce le fond d’investissement public.
Il est question de créer 5 millions de mètres carrés de plages, 12 000 habitations, des magasins, et un port de plaisance. Les travaux débuteront en 2019 pour s’achever en 2029.

AJIB.FR