Financement de l’université de Bondoukou : la Côte d’Ivoire signe un accord avec la Banque Islamique de Développement (BID) en Tunisie

Répandre l'amour de l'islam

Financement de l’université de Bondoukou : la Côte d’Ivoire signe un accord avec la Banque Islamique de Développement (BID) en Tunisie
En marge de la 43e Réunion Annuelle du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID) à laquelle elle a pris, du 03 au 05 mars 2018, la ministre ivoirienne du plan et du développement Kaba Nialé a procédé à la signature de l’accord relatif de financement pour la Construction de l’Université de Bondoukou.

En marge de la 43e Réunion Annuelle du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID) à laquelle elle a pris part, du 03 au 05 mars 2018, la ministre ivoirienne du plan et du développement Kaba Nialé a procédé à la signature de l’accord relatif au financement pour la Construction de l’Université de Bondoukou

D’un montant total de 101,88 millions d’euros, ce financement, un prêt du groupe de la BID,permettra notamment la construction et l’équipement de l’Université de Bondoukou avec une capacité d’accueil de 3 000 étudiants dont 1 000 à loger à l’internat, la Formation et le recyclage des enseignants de l’enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, l’Acquisition d’équipements de reprographie, le matériel informatique, les équipements de laboratoires et de langues et l’appui institutionnel aux services dédiés du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Cette rencontre annuelle du BID qui a eu lieu en Tunisie a également vu la Côte d’Ivoire être sélectionnée au Programme régional de développement de la chaîne de valeur du riz ainsi que 9 autres Etats-Membres de la BID (Bénin, Burkina Faso, Gambie, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Sierra Leone, Soudan).

Cette initiative vise le développement de chaîne de valeur du riz en mettant sur pied un programme sur 2 ans (2018-2019) pour un montant total concessionnel de 175 millions EU$. Pour la première phase, cinq pays seront choisis dès cette année

Le financement de la BID sera accompagné des fonds provenant du Fonds de Solidarité Islamique pour le Développement (FSID), la Fondation Bill et Melinda Gates, du Qatar, de l’Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis.

Adapté aux besoins et aux spécificités du pays bénéficiaires, le programme prône néanmoins une approche holistique qui adresse tous les acteurs de la chaîne de valeur de la filière riz afin d’accroître la productivité, réduire la pauvreté, assurer la sécurité alimentaire et favoriser les exportations. Pour ce faire le programme privilégiera la mise en œuvre de partenariats publics-privés pour investir dans le développement des infrastructures agricoles, la recherche et le développement et le transfert technologique.

En outre, à l’invitation du Président de la BID, la Côte d’Ivoire a partagé son expérience sur la politique de transformation de son économie et les résultats atteints. Le Gouverneur pour la Côte d’Ivoire, Mme Kaba Nialé a ainsi présenté les principaux axes du Programme National de Développement (PND) et les performances obtenues par son pays au cours des cinq dernières années.

Elle a notamment fait état de la résilience de l’économie ivoirienne face aux chocs exogènes en raison de la diversification de son économie et de la stabilité de son cadre macroéconomique. Au niveau de la consolidation des acquis, elle a montré l’importance de la prise en compte des chaines de valeurs pour favoriser un développement économique durable et inclusif. Aussi, elle s’est félicitée de la nouvelle vision de la Banque qui vise à adopter une vision plus inclusive du développement en prenant en compte l’ensemble des acteurs du système productif et des intervenants des projets. Elle a souhaité que le modèle de gouvernance de la BID s’aligne sur cette vision, en plus de permettre une plus grande efficacité dans la gestion des portefeuilles de projets.

Globalement, cette 43e Réunion Annuelle a notamment permis de mettre en exergue les préoccupations des Etats-membres au regard du faible niveau de performance des portefeuilles projets et des réformes envisagées en ce sens par la Direction du Groupe de la BID.


Sources: Abidjan.net