L’ ″imam″ Aguib Touré, les réseaux sociaux et les fake news : entre le sermon religieux et la propagante politique cachée

Répandre l'amour de l'Islam

P ar la magie des réseaux, tout le monde peut devenir photographe, reporter, chroniqueur, journaliste et même Imam sans mosquée. Or dans le cas particulier, d’un Imam sans mosquée, il y a un danger évident. Car sans mosquée, il ne peut être normalement inscrit au Conseil Supérieur des Imams (COSIM). Et par conséquent, il devient un élément libre, un Imam virtuel, dont les sermons sont inspirés de nulle part, si ce n’est de lui-même ou de ceux ou celles qui l’encadrent politiquement et le pourvoient matériellement. Dans un tel contexte ses discours, ses interventions épousent inévitablement d’autres formes, et d’autres formats que celui d’un vrai Imam dans une vraie mosquée, devant de vrais fidèles, dans un pays Laïc, multiconfessionnel et démocratique. Il prend donc par conséquent des risques. Comment un Imam peut-il conseiller aux musulmans de Côte d’Ivoire de retirer leurs enfants des écoles Catholiques, protestantes, évangéliques etc… ? Selon lui, c’est confier ses enfants à … Un tel discours s’avère irresponsable en ce sens les écoles chrétiennes ont contribué à la formation de milliers de jeunes musulmans qui sont aujourd’hui les principaux cadres du pays tout en étant des animateurs disponibles dans leur communauté. En outre, les écoles chrétiennes ont contribué et continuent encore à participer au progrès intellectuel et social de notre pays que l’imam AGUIB découvre à peine. Comment un Imam peut affirmer que le coût du Hadj en Côte d’Ivoire est le plus cher en Afrique ? En Côte d’Ivoire, cette année, le pèlerinage coûte hors subvention deux millions par candidat. Dans toute la sous-ré- gion, le coût du Hadj se situe entre deux millions, trois millions et plus. Comment un soi-disant responsable religieux peut interpeller des hommes politiques sur la base de ″FAKE NEWS″, fausses informations ? Et pire, en y ajoutant des commentaires politiquement tendancieux et dont il ne connaît ni les tenants, ni les aboutissants.″ IMAM AGUIB TOURE ″croit tout savoir et croit pouvoir tout dire. Alors qu’il ne sait même pas que la liberté dont il jouit aujourd’hui n’est pas le fruit du hasard. Il ne sait même pas que malgré les millions que paient les pèlerins, l’Etat consent à d’énormes subventions pour mettre les ivoiriens dans les meilleures conditions possibles. Il ne sait même pas que grâce à celui qu’il croit dénigrer, des millions de musulmans écoutent la Radio Al BAYANE et bientôt regarderont la télévision ALBAYANE. Imam AGUIB fait semblant d’ignorer que la grande Mosquée du Plateau a traversé les ré- gimes qu’il admire et que c’est le Pré- sident ALASSANE OUATTARA qui l’a achevée de la plus belle manière. Imam AGUIB ne sait même pas enfin qu’alors que les écoles musulmanes se multipliaient dans la clandestinité administrative, elles sont désormais considérées comme des écoles normales, avec en plus des constructions de véritables lycées confessionnels islamiques. Quand un Imam ne sait pas tout ça, peut-on vraiment l’appeler Imam ? En effet, un Imam est non seulement un sachant mais il est aussi un homme véridique et un guide juste qui traite sur un pied d’égalité ses fidèles, grands et petits. Les fréquentations et les habitudes de AGUIB TOURE sont connues. En tout cas ce n’est pas au COSIM (dont il n’est pas membre) qu’il prend ses sermons d’ailleurs dictés par des personnes dont les affinités politiques sont connues. Malheureusement, à l’instar d’AGUIB Touré, certains religieux musulmans ou non, abusent de l’attachement des fidèles à leur foi et l’admiration pour les hommes qui parlent de Dieu ainsi que les artistes qui chantent à la gloire de leur Seigneur. Ce n’est donc pas par hasard que les réseaux sociaux se sont enflammés à la suite de l’incarcération d’AGUIB TOURE à la DST. Rappelons que la DST l’avait déjà interpelé à la suite de sa sortie contre les écoles chrétiennes fréquentées par les jeunes musulmans de Côte d’Ivoire. Beaucoup d’internautes pensent qu’AGUIB a été arrêté pour ses convictions religieuses. Non et non ! Il a plutôt été arrêté pour incitation à la haine religieuse et pour propagation de FAKE NEWS ou fausses informations. C’est d’ailleurs pourquoi, aucune institution musulmane, ni le COSIM, ni le CODIS ni la CNI, n’a levé le petit doigt. Et comme il n’est Imam nulle part, aucune mosquée ne peut lui être solidaire. Ceci est de bonne augure. Car, les musulmans de Côte d’Ivoire ne doivent jamais cautionner les discours et sermons qui incitent à la haine religieuse et à la propagation de fausses nouvelles politiques orientées dans notre beau pays et ce, quels qu’en soient les auteurs et leurs qualités. Nous en avons suffisamment souffert. Trop c’est trop. En tout état de cause, le désordre ne doit pas passer par les musulmans et encore moins les Imams. A La semaine prochaine INCHAALLAH

Laisser un commentaire