Le département de Mayotte subventionnerait des pèlerinages à La Mecque

Répandre l'amour de l'islam

Selon un article du Figaro, Mayotte aurait accordé cette année 70 000 euros de subventions à quatre associations qui organisent le hajj en Arabie Saoudite. 

Une aide qui ressemble fort à une entorse à la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Pourtant celle-ci ne s’applique pas à Mayotte, tout comme en Guyane, en Polynésie française, à Wallis-et-Futuna, à Saint-Pierre-et-Miquelon et en Nouvelle-Calédonie. 

Dans ces départements, le droit des cultes est régi par le décret du 16 janvier 1939 », dit « décret Mandel », qui permettent à toutes les sensibilités religieuses de bénéficier d’une aide publique. 

Le culte musulman organise donc ses activités dans le cadre d’associations régies par la loi de 1901 (sans subventions allouées pour un objet cultuel, sauf si elles relèvent d’un intérêt général), explique le Journal de Mayotte.

« Le département ne finance pas le culte, nous ne faisons que de l’accompagnement », explique au quotidien Hadadi Andjilani, le chef de cabinet du président du conseil départemental, qui confirme ces informations. 

Cette subvention aurait été votée le 11 juin 2018, « pour la prise en charge des billets d’avion, le transport interurbain, l’hébergement de l’équipe d’encadrement des pèlerins », selon Hadadi Andjilani.

Cette mesure aurait bénéficié à 648 mahorais musulmans ayant fait le pèlerinage cette année. Le département a estimé un réel « besoin d’encadrement et de sécurité pour les pèlerins mahorais en partance pour l’Arabie Saoudite ». 

« Ils ne parlent pas l’arabe, ne savent pas s’orienter à La Mecque, donc c’est obligatoire de leur fournir des guides et des infirmiers », s’est justifié auprès du Figaro Saïd Maanrifa Ibrahima, président de l’Aspel, l’une des associations bénéficiaires de la subvention.

« C’est comme s’il y avait un groupe de jeunes qui voulait aller visiter la tour Eiffel : ils auraient besoin d’un accompagnement pour ne pas se perdre dans le métro ! Et si, un jour, des catholiques sollicitaient le département pour aller à Lourdes, pas de problème, nous ferions pareil », a t-il ajouté. 

Selon Badadi Andjilani, grâce à la subvention, le coût du voyage qui s’élève environ à 4 500 euros par personne, permettrait de rembourser au moins la moitié de la somme. 

lemuslimpost.com