Le DJIhaD : Sa vraIe SIgNIFICatION et SON but

Répandre l'amour de l'islam

Dieu dit : « Et luttez pour Dieu avec tout l’effort qu’Il mérite. C’est Lui qui vous a élus ; et Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion, celle de votre père Abraham, lequel vous a déjà nommés ‹Musulmans› avant (ce Livre) et dans ce (Livre), afin que le Messager soit témoin contre vous, et que vous soyez vous-mêmes témoins contre les gens. Accomplissez donc la prière, acquittez l’aumône légale et attachez-vous fortement à Dieu. C’est Lui votre Maître. Et quel Excellent Maître ! Et quel Excellent Soutien ! » (s 22, V 78).

e Jihâd est l’un des aspects les plus mal ble en cas de guerre. La guerre est permise en frent. Cependant, l’Islam n’autorise, pour quelque

compris et les plus déformés de l’Islam. Il

existe certains Musulmans qui exploitent ce concept et qui en font un mauvais usage afin de parvenir à leurs fins politiques. Il y a beaucoup de non-Musulmans qui comprennent mal cette no- tion. D’autres non-Musulmans en donnent une in- terprétation déformée afin de discréditer l’Islam et les Musulmans.
Qu’est-ce que le Jihâd ?
Le mot « Jihâd » ne signifie pas « guerre sainte ». Il désigne la lutte et l’effort. Les mots utilisés pour la guerre dans le Coran sont « Harb » et « Qitâl ». Le Jihâd quant à lui désigne la lutte sérieuse et sin- cère aussi bien au niveau individuel qu’au niveau social. C’est la lutte pour accomplir le bien et éra- diquer l’injustice, l’oppression et le mal dans son ensemble de la société. Cette lutte doit être aussi bien spirituelle que sociale, économique et poli- tique. Le Jihâd consiste à œuvrer de son mieux pour accomplir le bien. Dans le Coran, ce mot est employé sous ses différentes formes à 33 reprises. Il est souvent associé à d’autres concepts cora- niques tels que la foi, le repentir, les actions droites et l’émigration (Hégire) [2].
Le Jihâd consiste à protéger la foi de l’individu et ses droits. Le Jihâd n’est pas toujours une guerre bien qu’il puisse parfois prendre cette forme. L’Is- lam est la religion de la paix mais cela ne signifie pas qu’il accepte l’oppression. L’Islam enseigne que l’on doive faire tout notre possible afin d’éli- miner les tensions et les conflits. L’Islam promeut les moyens pacifiques pour mener au changement et à la réforme. En réalité, l’Islam insiste sur le fait que l’on doit s’efforcer d’éliminer le mal par des moyens pacifiques sans avoir recours à la force autant que faire se peut. Au cours de l’histoire de l’Islam, depuis le Prophète — paix et bénédictions sur lui — jusqu’à aujourd’hui, les Musulmans ont, le plus souvent, résisté à l’oppression et ont lutté pour la liberté par des moyens pacifiques et non- violents.
L’Islam enseigne également une éthique convena-

Islam, mais uniquement lorsque les autres moyens pacifiques comme le dialogue, les négociations et les traités échouent. La guerre est le dernier re- cours et doit être évitée le plus possible. Son but n’est pas de convertir les gens par la force, ni de coloniser les peuples, ni d’acquérir des terres, des richesses ou une gloire quelconque. Son but fon- damental est la défense des personnes, des biens, de la terre, de l’honneur et de la liberté, aussi bien pour soi-même que pour les autres peuples qui souffrent de l’injustice et de l’oppression.

Les règles essentielles de la guerre en Islam
Ces règles sont les suivantes :
1. Être suffisamment fort pour que l’ennemi vous craigne et ne vous attaque pas.
2. Ne pas commencer les hostilités. Œuvrer le plus possible pour la paix.
3. Combattre uniquement ceux qui combat- tent : pas de punition collective. Aucun mal ne doit atteindre les non-combattants. Les armes de des- truction massive ne doivent pas être utilisées.
4. Cesser les hostilités aussitôt que la partie adverse est encline à la paix.
5. Observer les traités et les accords aussi longtemps que l’ennemi les observe.
Dieu dit explicitement : « Combattez dans le sen- tier de Dieu ceux qui vous combattent, et ne trans- gressez point. Certes, Dieu n’aime pas les transgresseurs ! […] Le Mois sacré pour le mois sacré ! — Le talion s’applique à toutes choses sa- crées. Donc, quiconque transgresse contre vous, transgressez contre lui, à transgression égale. Et craignez Dieu. Et sachez que Dieu est avec les pieux. » (s 2, V190 et 194).
Le Jihâd n’est pas du terrorisme
Il est nécessaire d’attirer l’attention sur le fait que le terrorisme contre des civils innocents, que ce soit par une agression classique ou par des moyens suicidaires, n’est en aucun cas permis par l’Islam. L’Islam encourage les peuples opprimés à lutter po