Le doute, une des formes de la mécréance

Répandre l'amour de l'islam

Louanges à Allah.

Quiconque doute de l’existence d’Allah, de celle des anges, de celle des messagers ou de la véracité de la Résurrection, du paradis, de l’enfer ou d’un article quelconque du message venu d’Allah et transmis par Son Messager (Bénédiction et salut soient sur lui) est un mécréant. Sous ce rapport, le Très-haut dit: « …Il entra dans son jardin coupable envers lui-même [par sa mécréance]; il dit: «Je ne pense pas que ceci puisse jamais périr, et je ne pense pas que l’Heure viendra. Et si on me ramène vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour que ce jardin.

Son compagnon lui dit, tout en conversant avec lui: «Serais-tu mécréant envers Celui qui t’a créé de terre, puis de sperme et enfin t’a façonné en homme? » (Coran,18:35-37). Mouslim (27) a rapporté d’après Abou Hourayrah que le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit: « J’atteste qu’il n’y a pas de divinité en dehors d’Allah et que je suis le messager d’Allah » toute per- sonne qui la professe et rencontre Allah sans en douter, sera admise au paradis. » Al-Bokhari (86) et Mouslim (905) ont rap- porté que le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit: « Il m’a été révélé que vous serez châtiés dans vos tombes . On vous dira à chacun de vous auparavant : « Que sais-tu de cet homme (Muhammad )? » Le croyant ou le convaincu dira : « Il est Muhammad, le messager d’Allah. Il nous a apporté des preuves claires et la guidée. C’est pourquoi nous l’avons reçu favorable- ment et l’avons suivi. Il est Muhammad, il est Muhammad, il est Muhammad! » En- suite on lui dira: « Dors en pieux. Nous savions que tu en étais convaincu. » Quant à l’hypocrite ou le douteux, il dira: « Je ne sais pas. Je ne faisais que répéter ce que les gens disaient. »

Cheikh Abdoul Aziz ar-Radjihi (Puisse Allah le protéger) a dit: « Le doute entraîne la mécréance quand il porte sur l’existence

d’Allah, sur celle des anges ou sur l’authen- ticité des livres ,sur la crédibilité des mes- sagers et sur l’existence du paradis et de l’enfer. ll peut se traduire par des expres- sions comme: « Je ne sais pas si le paradis et l’enfer existent ou pas.» Un tel doute ex- prime la mécréance de son auteur. » . C’est dans ce sens qu’il faut interpréter le hadith d’Ibn Madjah (4268) selon lequel le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit: « Une fois le mort vertueux dé- posé dans sa tombe, il se remet assis et complètement rassuré…,etc. » Le même hadith dit plus loin: «L’homme mauvais s’assiéra dans sa tombe profondément paniqué puisqu’on lui dira: « qu’est-ce que tufaisais?»Etildira:«jenesaispas.»Et puis on lui dira: « Qui est cet homme (Muhammad)? Il dira; « Je disais de lui ce que j’entendais les gens dire. »Puis on lui dira:

-« Regard ce à quoi tu as échappé. » On lui ouvre à l’instant une brèche qui permet de s’apercevoir de l’enfer et ses flammes qui s’entrechoquent. Ensuite, on lui dit:

-« Voilà la destination que tu mérites pour avoir nourri le doute jusqu’à ta mort puisqu’on te maintiendra en cet état jusqu’à ta résurrection, s’il plaît à Allah. » (Rap- porté par Ibn Madjah et jugé authentique par al-Albani dans Sahihi Ibn Madjah) As-Soundi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit: « Le hadith indique que celui qui vit ici-bas animé d’une conviction religieuse la maintient habituellement jusqu’à sa mort. Il en est de même de celui qui vit dans le doute. » (Extrait de Hachiy- atou as-Sindi sur Ibn Madjah (2/568)). Celui qui doute du bien-fondé de l’une des bases de la foi jusqu’à sa mort, est un mécréant destiné à demeurer éternellement en enfer. Allah n’agrée du fidèle rien de moins que la certitude.» (…..).

Allah Très-haut le sait mieux.

( Source : Islam Q&A)