Près de 80% des migrations africaines motivées par des facteurs économiques ou sociaux (Rapport Mo Ibrahim 2019)

Répandre l'amour de l'islam

Près de 80% des migrations africaines sont motivées par des facteurs économiques ou sociaux, selon le rapport 2019 de la Fondation Mo Ibrahim intitulé « La jeunesse africaine : Migration faute d’emploi ? ».

« Près de 80% des migrations africaines sont dus par l’espoir de meilleures perspectives économiques ou sociales », indique le rapport dont APA a reçu copie. Il relève que l’insécurité n’est pas la première cause des migrations car « seuls 20% environ des migrants en Afrique sont des réfugiés ».

Le rapport note que « les migrants africains constituent environ 14% des migrations mondiales » et montre que « l’Afrique n’est pas un continent d’exode massif ». Seulement neuf pays sont à l’origine de plus de la moitié des migrants africains.

Le texte souligne que les migrants sont une dynamique fondatrice de l’histoire de l’humanité et ont façonné la majeure partie des pays du monde. L’Afrique elle-même, accueille une part croissante de la population mondiale de migrants.

Le ministre ivoirien du Pétrole, de l’Energie et des énergies renouvelables, Abdourahmane Cissé, a déploré lors d’un panel le fait que la migration africaine soit présentée « sous un angle qui n’est pas forcément le bon ». Car, au regard des chiffres « il n’y a pas de problème de migration à l’heure actuelle, de façon relative ».

En 2017, le nombre de migrants africains s’élevait à 36,3 millions, soit 29% de la population du continent et 14% seulement du nombre total de migrants dans le monde, soit une proportion bien en-deçà de l’Asie et de l’Europe (41% et 24% respectivement).

Les dix plus gros flux migratoires en provenance du continent africain en 2017 représentaient moins que le seul flux migratoire du Mexique vers les États-Unis, fait observer le rapport qui mentionne que l’Afrique du Sud est le pays africain accueillant le plus de migrants devant la Côte d’Ivoire et l’Ouganda.

La contribution des migrants aux Produits intérieurs bruts locaux est estimée à 19% en Côte d’Ivoire contre 13% pour le Rwanda et 9% pour l’Afrique du Sud. Les envois de fonds des migrants représentent 3,5% du PIB africain en 2018 et dépassaient le montant net de l’aide publique au développement en 2017.

L’Union européenne a accueilli en 2017 quelque 9 millions de migrants africains dont cinq millions en provenance d’Afrique du Nord et quatre millions d’Afrique subsaharienne. La France est le pays du monde accueillant le plus grand nombre de migrants africains (10,5%).

AP/ls/APA