Retarder la prière du ‘ichâ…

Répandre l'amour de l'islam
  • 5
    Shares

D’après `A’icha, la femme du Prophète (qu’Allah soit satisfait d’elle) a dit: « une nuit, l’Envoyé d’Allah (paix et bénédiction d’Allah sur lui) retarda l’accomplissement de la prière de `ichâ’ (du soir) jusqu’au premier tiers de la nuit. Quand `Umar ibn Al-Khattâb lui eut dit que les femmes et les enfants s’étaient endormis, le Prophète  (paix et bénédiction d’Allah sur lui)  sortit et dit aux gens réunis à la mosquée (à son attente) : « personne au monde, autre que vous, n’attend la prière ainsi ». C’était avant que l’Islam ne fût répandu parmi les gens. » Sahihmoulim 1008.

`Abd-Allah ibn `Umar (qu’Allah soit satisfait des deux) a dit : « une nuit, nous nous mettions à l’attente de l’Envoyé d’Allah  (paix et bénédiction d’Allah sur lui) pour nous présider dans la prière de `ichâ’ (du soir). Il ne sortit qu’après l’écoulement du premier tiers de la nuit ou plus tard encore; nous ne sûmes pas ce qui l’avait retenu, est-ce qu’une affaire concernant sa famille ou autres. Ayant sorti de chez lui, il nous dit : « vous attendez la prière; et ce ne se fait jamais par ceux qui professent d’autres religions que vous. Si je ne craignais d’imposer une lourde tâche à ma Communauté, je lui ordonnerais de faire la prière du soir à cette heure. » Puis, il donna l’ordre au muezzin d’appeler à la prière dans laquelle il nous présida. » Sahihmouslim 1010.

Ibn `Abbâs (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit : « une nuit, le Prophète d’Allah  (paix et bénédiction d’Allah sur lui)  retarda l’accomplissement de la prière de `ichâ’ (du soir) jusqu’à la tombée de la nuit noire à tel point que les fidèles s’endormirent, se réveillèrent, puis se rendormirent et se réveillèrent de nouveau. Alors, `Umar ibn Al-Khattâb alla trouver le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui) et lui dit : « la prière ? ». `Atâ’ (l’un des transmetteurs du hadith) ajoute qu’ Ibn `Abbâs poursuivit en ces termes : « le Prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui)  sortit alors et il me semble encore le voir alors que l’eau ruisselait de sa tête sur laquelle il avait posé la main. Il dit : « si je ne craignais d’imposer une lourde tâche à ma Communauté, je lui aurai ordonné de faire cette prière à ce temps ». Je demandai à `Atâ’ de préciser de quelle façon le Prophète  (paix et bénédiction d’Allah sur lui)  avait la main posée sur sa tête d’après l’indication d’ Ibn `Abbâs. `Atâ’ écarta alors ses doigts légèrement les uns des autres, puis plaçant les bouts de ces derniers sur le côté de sa tête, et simula la façon avec laquelle le Prophète faisait suer ses cheveux en passant sa main sur sa tête jusqu’à ce que son pouce touchât l’extrémité de l’oreille qui suit immédiatement le visage, puis la tempe à l’endroit de la naissance de la barbe; il faisait ceci ni vite, ni lentement. » Sahihmouslim 1015.

Le récit de ‘Abû Barza (qu’Allah soit satisfait de lui) : « Sayâr ibn Salâma dit : « j’ai entendu mon père interroger ‘Abû Barza au sujet de la prière de l’Envoyé d’Allah  (paix et bénédiction d’Allah sur lui). Il répondit alors : « quant à la prière de `ichâ’ (du soir), il ne se gênait pas de la retarder un peu jusqu’au minuit; il n’aimait pas dormir avant son heure, ni causer après son accomplissement”. Plus tard, -ajoute Chu`ba le transmetteur- je l’ai rencontré et lui ai posé de nouveau la question, ‘Abû Barza a dit alors: ” et il faisait la prière de zhuhr (de midi), après que le soleil eut passé dans sa course par le méridien; et faisait celle de `asr (de l’après-midi) alors que le soleil restait bien vivant à tel point qu’un homme aurait le temps d’aller au bout de Médine et d’en revenir . » « Quant à celle de maghrib (du coucher du soleil), j’ai oublié, dit le transmetteur, le temps qu’il m’a spécifié pour l’accomplir. Mais, quand j’ai fait plus tard sa rencontre, je lui ai posé encore la question. ‘Abû Barza ajouta alors : « le Prophète faisait la prière de subh (du matin) au moment où l’homme, en s’apprêtant de partir, pourra reconnaître celui qui était à ses côtés (pendant la prière communautaire); et récitait au cours de cette prière de soixante à cent versets du Coran ». » Sahihmouslim 1024.

muslimette-magazine.com