Rokyatou, institutrice et maquilleuse professionnelle.

Répandre l'amour de l'islam

Titulaire d’un Master en Marketing vente et passionnée du bien-être des enfants, elle n’a pas hésité à présenter le concours de CAFOP qui lui permettrait de travailler à plein temps dans l’éducation des enfants. En plus de ce métier passionnant qu’elle exerce, Rokyatou TOURE est aujourd’hui directrice de Livia’s Beauty, une plate-forme qui propose des services de beauté aux femmes. Découvrons son parcours. Rokyatou Cissé Epse Touré, est institutrice et mère d’un enfant. Après le Master en Marketing Vente, elle a travaillé à Moov CI en tant que conseiller clientèle. Ensuite pour des raisons de santé Rokyatou a dû démissionner pour se consacrer à elle-même pendant quelques mois. Un an plus tard, elle s’est remise à la recherche d’un nouveau boulot. Mais ce n’était pas chose aisée. Le marché du travail étant très hermétique, madame Touré passe le concours du CAFOP puisqu’elle avait déjà quelques aptitudes à ce niveau. ‘’En effet, je peux transmettre facilement la connaissance et j’aime énormément les enfants’’ justifie-t-elle. Deux ans après sa formation, Rokyatou Cissé s’est découverte avec une passion pour le maquillage.

Elle décide de s’y mettre et entreprend dans ce domaine. ‘’La première motivation pour me lancer dans l’entreprenariat, c’est mon amour pour la mode’’, révèle Rokyatou Cissé, avant d’ajouter que ‘’j’ai toujours voulu faire bouger les lignes’’. Enfant déjà, créer, fabriquer, bricoler et dessiner, étaient son passe-temps favoris. Elle arrivait à développer des projets marketing fictifs liés à la création d’entreprises, de boutiques de mode, de boulangerie et de restaurant. ‘’Je me disais qu’un jour inchallah j’aurai l’argent et je réaliserai mes projets’’, explique la femme entreprenante.

Rokyatou Cissé Epse Touré, finie finalement par créer sa structure Livia’s Beauty, une plate-forme sur laquelle elle propose des services de Beauté à savoir : le Maquillage, les attachés de Foulards et les coiffures de mariées, ‘’j’offre également des formations en maquillage pour celles qui veulent apprendre et celles aussi qui désirent se lancer dans le domaine’’. Pour le moment, étant sans local, elle propose ses services via Internet et se déplace vers les domiciles de ses clientes la plupart du temps. ‘’Dans quelques années, s’il plaît à Dieu, je compte ouvrir un institut de beauté qui s’occupera de la beauté de la femme de la tête aux pieds afin d’embaucher d’autres femmes qui n’ont pas d’activités à long terme, je rêve de créer ma propre marque de produits cosmétiques et de beauté’’, projette dame Touré. Avec le secteur du maquillage est en pleine expansion, s’intégrer dans ce nouveau domaine n’a pas été aisé parce qu’elle nous dit que ”plusieurs défis s’offrent à nous dans ce domaine. D’abord, il y a la nécessité de se former pour s’améliorer continuellement. Ensuite, il est important de pouvoir se faire un nom. Enfin, il faut se diversifier et ajouter plusieurs cordes à son arc’’ L’un des défis de son quotidien est le fait de concilier sa vie familiale et professionnelle. Mais pour elle, tout est dans les priorités, ‘le travail est important certes, mais la famille d’abord car quand tout va mal c’est ma famille qui me soutient. C’est elle ma force et c’est pour elle que je me bats, que je travaille pour être épanouie et pouvoir nous faire plaisir’’. Elle organise son temps de sorte à donner des moments à chaque compartiment de sa vie et trouver le juste équilibre, ‘’À partir d’une certaine heure plus de téléphone pour ne pas indisposer les miens.

Je m’arrange également à être bien organisée pour me faciliter la tâche. Je ne cours pas après l’argent à tout moment non plus, j’ai des limites, des moments que je décrète »temps de repos » afin de bien profiter de ma famille’’. Pour surmonter les difficultés et toujours aller de l’avant, Rokyatou Cissé Epse Touré ne cesse de se répéter ‘’À côté de la difficulté, se trouve la facilité et Dieu n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité ». Avant de se quitter, notre dame de cette semaine ne manque de se prononcer sur l’entreprenariat féminin en Afrique et surtout en Côte-d’Ivoire. Elle dira ‘’je pense qu’il est en plein essor et les femmes s’affirment beaucoup plus aujourd’hui avec moins de complexes qu’auparavant. Elles sont moins fixées sur les préjugés mais plutôt concentrées sur leurs objectifs et c’est une très bonne chose. Cependant beaucoup sont dans le secteur informel’’. Et pour conclure, elle s’adresse à toutes les femmes en ces termes ‘se fixer un objectif et ensuite foncer, foncer et foncer. Et même si ça ne marche pas et qu’on tombe 100 fois on doit se relever 1000 fois’’.

Inspiré de femmesentrepreneures.ci