Un pont d’envergure reliera l’Arabie saoudite au Bahreïn en 2023

Répandre l'amour de l'islam

Long de 25 km, majestueux et avoisinant la coquette somme de 4 milliards de dollars, le pont jeté entre deux rives, celles de l’Arabie saoudite et du royaume de Bahreïn, n’est plus depuis dimanche une simple ébauche de plans sur le papier.

C’est un grand projet entériné officiellement dont l’ambassadeur saoudien en poste à Manama, la cité phare de Bahreïn, a dévoilé le nom de baptême non sans fierté : le King Hamad Causeway. Le premier coup de pelle sera donné en 2021, ainsi que l’a annoncé Abdullah Al-Sheikh : « L’appel d’offres sera lancé d’ici à six mois. Ce chantier d’envergure devrait démarrer à la mi-2021 et s’échelonnera sur trois ans ».

Cette impressionnante passerelle, construite pour renforcer les relations économiques entre les deux pays de l’or noir et, au-delà, pour dynamiser puissamment le commerce avec les Emirats arabes unis, le Koweït et le sultanat d’Oman, sera composée de trois voies : une sur laquelle circuleront les trains de voyageurs, une autre où les trains de marchandises passeront, et enfin une troisième que seules les voitures seront autorisées à emprunter.

Présenté pour la première fois en 2014 et approuvé par ses deux grands architectes que sont les souverains d’Arabie saoudite et de Bahreïn, le chantier d’envergure du King Hamad Causeway fera jaillir de terre, une fois terminé, le deuxième pont entre les deux royaumes du golfe Persique, après le King Fahd Causeway, érigé en 1986, qui enregistra plus de 19 millions de passages en 2013.

Selon le Middle East Construction News, qui prédit un avenir fructueux aux deux contrées voisines sur le nouveau pont qui les reliera, une augmentation notable du marché résidentiel de Bahreïn a été enregistrée au cours de 2018.

« Il y a une recrudescence des ressortissants saoudiens souhaitant acheter des maisons de week-end dans le royaume de Bahreïn. L’annonce d’une deuxième connexion avec l’Arabie saoudite stimulera sans aucun doute la performance des marchés résidentiels et de détail », a souligné pour sa part Harry Goodson-Wickes, directeur de Cluttons, une société de conseil en immobilier installée au Bahreïn.