Une société japonaise créé une mosquée mobile pour les jeux olympiques 2020

Répandre l'amour de l'islam

Le Japon, réputé pour être un pays austère semble peu enclin à s’ouvrir aux autres. Avec 2.38 millions d’étrangers dans le pays, soit moins de 2 % de la population, le Japon a gardé une mentalité fermée.

Pourtant, une entreprise sportive et culturelle vient mettre à bas ces préjugés en lançant le projet Yasu.

A l’occasion des prochains jeux olympiques d’été de 2020, l’entreprise japonaise a eu l’ingénieuse idée de créer une mosquée mobile destinée à accueillir les musulmans qui se déplaceront pour assister à l’événement.

La mosquée sur roues pourra se rendre sur les différents sites olympiques et offrir ainsi aux musulmans un lieu de culte décent durant les tournois. D’une superficie de 48 mètres carrées, la mosquée mobile peut accueillir jusqu’à 50 personnes.

Le PDG du projet Yasu, Yasuharu Inoue s’est inquiété de la possibilité qu’il n’y ait pas assez de mosquées pour les visiteurs musulmans en 2020.

« En tant que pays ouvert et hospitalier, nous voulons partager l’idée de “omotenashi” (hospitalité japonaise) avec les musulmans », a-t-il déclaré lors d’une interview.

La première mosquée mobile a été dévoilée la semaine dernière à l’extérieur du Toyota Stadium, un site de football de la J-Leagu à Toyota City.

Crée à l’arrière d’un camion de 25 tonnes, le lieu de culte dispose de robinets à l’extérieur du camion ainsi que d’un espace prévu pour les ablutions.

Pour l’occasion, une dizaine de musulmans a eu le privilège de prier dans la toute nouvelle mosquée.

Tatsuya Sakaguchi, un invité japonais a exprimé l’espoir que la mosquée mobile aiderait à ouvrir les esprits dans le monde entier.

Un directeur représentant une entreprise de vente au détail d’Osaka a pour sa part déclaré : « En regardant de l’extérieur les gens dans la mosquée, ils avaient l’air très heureux ».

Le concepteur du projet, M. Inoue a déclaré que l’inspiration pour le projet lui est venue lors d’un voyage au Qatar il y a quatre ans.

Il prévoit de cibler d’autres événements sportifs internationaux au Japon et à l’étranger.

« A l’avenir, je serais tellement heureux que des personnes originaires d’Indonésie, de Malaisie, d’Afrique, du Moyen-Orient et, par exemple, de réfugiés syriens puissent utiliser la mosquée comme outil pour promouvoir la paix dans le monde », a-t-il déclaré.

ajib.fr