Assata Soumahoro, choisit la coiffure après son BAC

Notre brave femme de cette semaine se nomme Assata Soumahoro épouse Bamba, mère de 3 enfants. Après le BAC, elle opte pour la formation en coiffure. “Depuis toute petite, j’étais passionnée de la beauté, je voulais faire la coiffure étant à l’école. J’ai même dit à mes parents de me laisser apprendre la coiffure pendant les vacances mais ils n’ont jamais voulu de peur que j’abandonne le chemin de l’école” explique dame Bamba. Mariée étant en classe de terminal, elle remet sur table son envie de faire la coiffure à son époux. Elle raconte “je suis devenue moi-même mon parent les décisions ne concernaient plus mes parents’’. Son mari sceptique et voulant tenir la promesse faite à ses parents de la laisser avoir le BTS se laisse convaincre. Malgré son inscription en ligne et son orientation dans une grande école au plateau.

Madame Bamba, lors des recherches sur les réseaux sociaux, tombe sur une offre alléchante de formation en ligne en coiffure, 3000 frs. Elle saute sur l’occasion avec quelques appréhensions. Mais au final, la formation se veut riche. Cette session de formation lui donne l’idée de faire pareil en proposant ses services, elle lance sur plusieurs groupes sa formation en lien sur l’entretient de la peau et se retrouve avec une bonne somme d’argent. N’ayant pas de connaissance approfondie dans ce domaine, elle ne manque pas de se renseigner sur différents produits. A travers son groupe WhatsApp, elle réunit des femmes de tous les horizons. Son mari lui apporte son aide en mettant à sa disposition une connexion maison. Assata Soumahoro se retrouve avec 50.000 frc après son activité. “Quand j’ai eu les 50.000, j’ai arrêté la formation et je suis allée à Adjamé, acheter des produits cosmétiques dont des pommades, savons, lotions”. Elle réinvestit alors ses gains sans toutefois savoir comment les écouler. Ce n’est pas pour autant qu’elle va baisser les bras. Elle confie que “Pour les périodes difficiles, je me refère toujours à ma mère qui était une battante”.

Une idée lui vient en tête “à un moment je me suis dit et si je vendais mes produits sur internet ? Alors je fais les photos à l’aide de mon téléphone et je lance avec les prix, les dames commencent à commenter et c’est de là que tout est parti. ” Notre brave femme est confrontée à un autre problème, celui du canal de livraison. Craignant pour sa sécurité, son mari n’est pas pour l’idée qu’elle se déplace. Cependant, par le biais d’une amie, elle loue les services d’un distributeur. La bonne affaire alors “je n’ai pas de magasin, je suis à la maison, à cause de mes enfants qui sont en bas âges et qui ont besoin d’éducation. Je suis à la maison et j’ai mon argent”. Aujourd’hui, Assata Soumahoro épse Bamba a sa chaîne YouTube où elle vend des produits cosmétiques, des produits de cheveux, des produits de make-up, tout en exerçant la coiffure. “Je n’ai pas de boutique, ma boutique c’est sur les réseaux sociaux ‘‘Merveille de Rayane’’ le nom de YouTube c’est ‘’Dame Bamba’’. Je m’organise de sorte que tout le monde ait sa part de gâteau”.

Elle signifie que “je parle de la beauté féminine, de l’entretien des cheveux, du corps”. Pour elle, la femme, c’est la beauté. “Moi je ne porte pas de mèche mais j’aime entretenir mes cheveux, j’ai de long cheveux. Je me suis dit pourquoi pas montrer à ces femmes qui pensent que c’est avec des mèches seulement qu’on est belle voilà pourquoi j’ai créé ma chaîne YouTube”. Pour conseils aux femmes, elle dira “l’entreprenariat est le meilleur moyen pour se faire de l’argent, surtout qu’il n’y a pas de travail, chacun a sa chance dans le commmerce. Je suis à la maison, mais j’arrive à m’en sortir. Ce que je peux dire à mes sœurs, l’entreprenariat, c’est le courage, la volonté et la patience. Si vous avez ces 3 vertus en vous, c’est sûr que vous pourrez vous lancer”. Notre brave femme Assata Soumahoro continue de rêver grand “à l’avenir je compte créer un grand salon de coiffure que je vais faire gérer par des dames, être une grande YouTubeuse, avoir des magasins de cosmétiques partout dans le monde, former des femmes sur l’entreprenariat”. Félicitations à notre brave femme de la semaine pour son parcours plus que motivant pour toutes les femmes qui hésitent encore à se lancer à partir de “zéro” et suivre leur passion.

Laisser un commentaire