Cérémonie de lancement du projet ‘’Mousso Djidji’’ : L’UE finance le projet d’un montant d’un milliard de Francs

La fondation AVSI en collaboration avec la fondation Djigui la grande espérance et la communauté missionnaire Villaregia ont procédé le jeudi 27 juin 2024 au lancement du projet “Mousso Djidji”. Un projet d’appui à la lutte contre toutes les formes de discrimination et de violence basées sur le genre en Côte d’Ivoire (VBG)

Le projet « Mosso Djidji » a officiellement a été lancé par le directeur de cabinet du ministre de la Femme, de la Famille de de l’Enfant, Moussa Diarrassouba. « Ce projet est une opportunité pour intensifier la lutte basée sur le genre… », a déclaré le représentant de Madame la Ministre Nassénéba Touré.  Le projet ‘’Mousso djidi’’ a été financé par l’Union européenne (UE), à hauteur d’un milliard de Francs CFA.  Elle vise à lutter efficacement contre les violences basées sur le genre (VBG) et à renforcer l’engagement et la coordination entre les acteurs dans la prévention, la protection, la prise en charge des femmes et filles victimes de toutes formes de violence en Côte d’Ivoire. « Un milliard de F CFA pour le financement du projet ‘’Mousso djidi’’.

Ce montant permettra d’intensifier la lutte contre l’excision en impliquant les garçons et les leaders religieux », à en croire Francesco Di Mauro, Ambassadrice de l’UE. « La protection de la fille et de la femme est un acte salutaire, de même que les hommes, car on peut vivre les uns sans les autres » a ajouté l’Ambassadrice de l’UE. Pour sa part, le président du conseil d’administration de la fondation Djigui la grande espérance, l’Imam Cissé Djiguiba Abdallah, a souligné que cette sensibilisation vise à réduire les effets néfastes de ces pratiques dans les sociétés africaines et au-delà. « Il faut renforcer les capacités des femmes par leur éducation et leur formation.

Il est également essentiel de sensibiliser les hommes pour qu’ils comprennent que les femmes ne sont pas inférieures aux hommes. Selon l’islam, il est important de respecter nos parents et en particulier les femmes », a-t-il exhorté. Pour éclairer la lanterne des invités, le triptyque, la fondation AVSI, la fondation Djigui la grande espérance et la communauté missionnaire Villaregia ont présenté le projet ‘’Mousso djidi’’, suivi d’un panel sur l’état des lieux, l’analyse des perceptives, des pistes d’action à mettre en œuvre pour lutter contre les VBG. Par ailleurs, les zones de mise en œuvre sont Yopougon, Danané, Biankouman, Touba, Ouaninou et Odienné.

Les groupes cibles sont 10 structures engagées dans la lutte contre les VBG et 5 plateformes de VBG et 30.000 personnes touchées par la sensibilisation. Les activités de ce projet vont porter, entre autres, sur la réalisation d’études diagnostiques sur les perceptions des populations relatives aux questions de genre et rapport homme/femme, le renforcement de 16 structures engagées dans la prévention, l’organisation des rencontres périodiques avec les leaders d’opinions et l’organisation d’ateliers sur la pratique transfrontalière des MGF pour une période d’exécution de 41 mois.

Balla Touré

Laisser un commentaire