Couple : cessons de nous disputer !

Vivre en couple et ne pas se disputer, c’est possible. Même si les querelles conjugales sont réputées incontournables. On peut apprendre à discuter, même de sujets qui fâchent… sans se blesser, sans être violent, et surtout, sans mettre l’amour à mal. Les explications de la psychanalyste Fabienne Kraemer.

On entend souvent que les disputes sont normales, voire bonnes pour un couple. Qu’en pensez-vous ?

Dans une relation d’amour, on s’investit beaucoup, on dévoile son intimité, on partage un quotidien, ce qui crée de nombreux moments d’agacements et de frictions possibles. Mais en aucun cas les disputes ne sont obligatoires. Elles ne sont pas non plus un signe de bonne santé conjugale, ou de passion intacte. Le problème, c’est leur côté délétère. Répétées, elles amènent à considérer l’autre comme son ennemi, et non plus comme son ami. Il arrive d’ailleurs que l’on cherche des raisons de se faire une scène uniquement pour se disputer ou pour faire du mal à l’autre.

Souvent, la dispute part d’un point précis, pour aboutir à une cascade de reproches. Pourquoi ?

Très souvent, la scène de ménage est décalée par rapport au sujet. Un homme va par exemple faire une scène à sa femme car elle a eu une attitude envers un autre qui ne lui a pas plu. En fait, le vrai problème, ce

peut être qu’il est frustré sexuellement en ce moment car ça ne va pas bien entre eux. Ou alors qu’ils ne font pas assez l’amour. Mais ça, il aura beaucoup de mal à le dire. Les disputes sont souvent la cristallisation de certaines frustrations – qui n’ont d’ailleurs pas toujours à voir avec le couple -, de choses qui ne sont pas dites. La preuve, c’est qu’on se dispute moins en vacances, éloignés du stress et du quotidien. L’autre problème, c’est l’aspect cumulatif des conflits. Souvent, on ressort le sujet de la dernière fois et on empile ainsi les reproches, avec cette envie de vider son sac.

Mais justement, vider son sac ne peut-il pas faire du bien, parfois ?

Dire est toujours mieux que ne pas dire. Mais pourquoi attendre d’être au stade de l’abcès à percer pour le faire ? Mieux vaudrait apprendre à dire les choses autrement, dans l’instant, et surtout, gentiment. Car dans les disputes, on devient vite blessant. Combien de fois vos mots dépassent-ils votre pensée et vous voulez-vous immédiatement ? La dispute est un engrenage. Ainsi, c’est souvent à la personne que l’on aime le plus que l’on parle le plus mal et que l’on manque le plus de respect. Sauf que la violence verbale, physique ou psychologique tue le couple. A plus ou moins long terme. Ce n’est pas possible d’y résister. Il y a des mots et des gestes qui ne s’oublient jamais. Et si elle ne tue pas le couple car les gens restent, elle tue l’amour.

Existe-t-il de « bonnes disputes » ?


Fabienne Kraemer : Je ne crois pas. A partir du moment où il y a eu dispute, de la violence et des sentiments négatifs se sont instaurés. Et l’un des deux est blessé. Une « bonne dispute » serait en réalité une bonne discussion. Celle-ci peut être assez vive, mais toujours dans le respect de l’autre. Quand on passe le stade de la colère, des cris, des pleurs, des insultes, des menaces, ou pire, de la main qui se lève, c’est qu’on essaye d’impressionner l’autre, ou que l’on entre dans une forme de manipulation, pour lui imposer notre point de vue. C’est cela une dispute : quand on ne laisse plus à l’autre la possibilité d’exprimer son propos.

Il est parfois difficile de ne pas foncer, tête baissée, dans l’altercation. Comment l’éviter ?

Il faut être deux pour se disputer. Si cela vous est insupportable, n’y allez pas ! Rien ne vous empêche de dire « stop, nous allons nous fâcher. Je t’aime, il n’en est pas question. Je vais faire un tour. On en reparlera plus tard calmement. » Ensuite, prenez le temps d’analyser le sujet pour savoir ce qui fait que vous vous disputez. Il est bon d’écrire ce qu’on a à dire. La scène de ménage est la seule scène dont personne n’apprend le texte mais que tout le monde sait jouer par cœur. Je pense au contraire qu’il faut apprendre son texte. Quand vous avez quelque chose à dire à quelqu’un, écrivez-le, en le rendant le plus factuel et le plus honnête possible. Puis dites-le, en restant toujours sur les faits.

La plupart des disputes de couple sont récurrentes : ce sont toujours les mêmes sujets qui reviennent. Comment en sortir ?


Une fois qu’on a fait le choix de l’autre, il faut le prendre tel qu’il est. Les gens ne changent pas. La difficulté, c’est qu’on pense que le couple doit aller de soi, et que l’autre doit tout compléter chez nous. Mais vous ne pouvez pas reprocher à l’autre ses origines, ses opinions, sa famille, sa religion… d’être ce qu’il est, en somme. A priori, il ne vous a pas trahi, vous saviez dès le début qui il était. La bonne question à se poser, c’est de se demander pourquoi telle attitude vous gêne. Prenons l’exemple d’une femme qui trouve que son conjoint passe trop de temps au sport. Est-ce vraiment le fait qu’il fasse du sport qui pose problème ? Ou plutôt que, pendant ce temps, elle est seule à la maison ? Ou qu’il y a cette jolie fille à la salle de sport ? Ou qu’elle est un peu jalouse car elle-même n’a pas d’activité ? Sachant cela, il est possible de discuter. Après, tout est question de négociation. On ne pourra pas tout solutionner au cours d’une discussion. Mais on peut prendre des résolutions, avec des objectifs, et des délais. Et à partir de là, tourner la page, s’embrasser, se dire qu’on s’aime et passer à autre chose.

Que faire lorsque l’on sent que la discussion est stérile ?

On peut faire une pause. Se dire qu’on est trop énervés, incapables de s’écouter et d’avancer. Et se fixer un rendez-vous pour en reparler. Mais attention, il faut que la discussion porte sur un vrai sujet, pas sur un reproche. Trop souvent, on part sur des généralités. Par exemple, si vous dites à votre conjoint que vous en avez assez que sa mère soit trop intrusive, c’est que vous, vous la jugez trop intrusive. C’est autre chose de lui demander de ne plus raconter vos disputes à sa mère. Et là encore, il faut essayer d’aller plus loin. Est-ce sa mère qui est trop intrusive ou est-ce que c’est lui qui n’a pas coupé le cordon avec elle ?

Peut-on vraiment vivre en couple sans se disputer ?


Fabienne Kraemer : De nombreux couples ne se disputent jamais et vont très bien. La dispute est juste une façon de se dire les choses, et eux refusent de se les dire comme cela. Ensemble, on peut décider de ne pas se disputer. Si l’on décide de partager avec l’autre de belles années, ça vaut le coup de prendre le temps de ne pas se gâcher la vie et de le traiter comme son/ sa meilleur(e) ami(e).

10 conseils pour éviter les disputes

– Se souvenir que votre conjoint, vous l’aimez
– Dire les choses sur l’instant et gentiment
« Evitez d’être blessant, d’autant que c’est contre-productif ».
– Ne pas accuser l’autre, ni généraliser
« Il y a une différence entre dire ‘tu ne ranges jamais tes chaussettes’ et ‘tu as laissé tes chaussettes dans la chambre, pourrais-tu les ranger s’il te plaît ?’ »
– Différer la discussion
« Si vous sentez la colère monter, allez faire un tour. C’est la meilleure façon de ne pas rentrer dans le conflit ».
– Ne pas reprocher à l’autre d’être ce qu’il est
« Evitez de remettre en cause les opinions de l’autre, ses origines, sa famille, son physique, sa religion… Mais aussi les enfants, surtout ceux d’un autre lit. »

– Reconnaître ses torts
« Dans un moment calme, mettez-vous d’accord sur le fait que les torts sont toujours partagés. Ce qui permet, lors de la dispute, que l’un des deux puisse le rappeler et calmer le jeu. S’acharner à démontrer que l’on a raison n’a aucun sens. L’important, c’est juste de trouver des solutions au problème ».
– Pas de dispute en public, devant ses proches, ses amis, ses enfants
« Cela ne signifie pas que l’on ne peut pas montrer son désaccord. Mais quand on commence à se manquer de respect l’un l’autre devant des gens qu’on aime, on passe un cap ».
– Pas d’insultes, de menaces, de main qui se lève
« Le respect de l’autre se loge dans de nombreux détails ».
– Etre honnête vis-à-vis de soi
« Evitez la manipulation, la théâtralisation… Quand vous sentez que vous allez vous mettre à crier, pleurer, ou menacer, ayez le réflexe de vous dire que vous exagérez et que votre couple ne marche pas comme ça ».
– Savoir s’excuser
« Idéalement, dans l’immédiat. Et sinon, plus tard. Sachez dire que vous vous êtes trompé(e) , que vous êtes allé(e)  trop loin, que vous ne le pensiez pas, que vous êtes désolé(e) ».