Les disputes de couple à répétition sont mauvaises pour votre santé !

La vie à deux est rarement un long fleuve tranquille. Les disputes et accrochages sont quasiment inévitables. Mais attention si elles sont trop fréquentes. Les couples qui se querellent souvent, sont plus susceptibles de se sentir seuls et d’être en mauvaise santé.

On dit les disputes font partie de toutes les relations saines. Toutefois, il n’est pas bon de se chamailler tout le temps non plus. C’est même néfaste pour votre santé selon une équipe scientifique de l’Université de Géorgie (USA).

Les disputes fréquentes renforcent le sentiment de solitude…

Les chercheurs ont analysé les informations recueillies sur 250 couples pendant 17 ans. Le premier constat est simple : les personnes qui se disputaient régulièrement au début de leur mariage, étaient plus susceptibles de continuer au fil du temps.

De plus, ils ont remarqué que les partenaires qui se chamaillaient souvent, se sentaient plus seuls que ceux ayant une relation plus calme. Les sentiments de solitude des couples mariés étaient liés. Lorsqu’un conjoint disait éprouver cette émotion, l’autre avait la même sensation. Plus un mariage est conflictuel, plus les époux se sentent isolés. Les scientifiques ont également remarqué que les conflits du début de la vie commune pouvaient avoir un effet sur cette sensation de solitude plus d’une décennie plus tard.

… et augmentent les soucis de santé

Les brouilles à répétition ne pèsent pas uniquement sur le moral des partenaires, elles mettent aussi leur organisme en péril. En effet, la santé des conjoints qui se disputent beaucoup et se sentent seuls, étaient plus mauvaises que celles des autres participants de leur âge.
En effet, la solitude s’accompagne souvent de nombreuses conséquences physiques comme une dysrégulation immunitaire, une i nflammation chronique ou encore des difficultés de concentration. La dépression qui coexiste souvent avec un sentiment de solitude, peut également conduire à de mauvaises décisions en matière de style de vie : une mauvaise alimentation et la sédentarité par exemple.

Catherine Walker O’Neal, auteure principale de l’étude et chercheuse associée, Collège des sciences de la famille et de la consommation de l’Université de Géorgie, explique : “l’implication ici est l’importance de la prévention et des interventions précoces. Plus nous pouvons agir tôt dans la vie de couple pour réduire les conflits conjugaux, plus nous avons de chances d’éviter une mauvaise santé physique plus tard dans la vie. Le simple fait d’avoir une personne dans votre vie ne signifie pas que vous ne vous sentez pas seul. Pour les adultes plus âgés, nous ne pouvons pas simplement dire : Oh, ils sont mariés. Ils ne sont pas seuls.”

Pour l’experte, il est ainsi essentiel d’apprendre à communiquer de manière productive sur ses différends avec son partenaire dès le début de la relation. Elle estime qu’il ne faut pas hésiter à faire une thérapie de couple ou individuelle en cas de problèmes récurrents. Cela peut aider à établir des modèles positifs et ainsi éviter les ressentiments ou la solitude dans les années ultérieures.
D’autant plus que les conflits conjugaux prennent encore plus d’importance avec les années, car les couples sont généralement plus isolés avec l’âge. “À mesure que les gens vieillissent, ils deviennent souvent moins sociaux, comptant sur leur conjoint pour leur principale forme de compagnie”, rappelle l’étude.

Laisser un commentaire