PLATEAU / atelier de formation sur les violences faites aux enfants : Des acteurs religieux outillés sur les droits de l’enfant

Le mardi 14 juillet 2020, la Fondation Djigui a initié un atelier de formation de pool de huit (08) leaders  et de 16 responsables d’organisations islamiques sur les violences faites aux enfants et l’élaboration d’un plan d’actions. Cette formation s’inscrit dans le cadre du projet de promotion des droits de l’enfant auprès de la communauté musulmane en cote d’ivoire, financé par Save the Children. La mosquée du plateau a servi de cadre à cette rencontre, qui prendra fin le 16 Juillet 2020.

Chaque homme dans la société a des droits et devoirs et les enfants ne sont pas en marge. L’assemblée générale de l’ONU a établi une convention des droits de l’enfant, ratifiée par de nombreux pays, y compris la Côte d’Ivoire. Ledit projet, piloté par la Fondation Djigui, avec l’appui financier de Save the Children est pour sensibiliser sur les droits des enfants et également pour les respecter, surtout au sein de la communauté musulmane. C’est dans cette optique que l’atelier de formation a été mis en place. Selon le chef de projet, Aboubakar Koné, l’objectif de cette activité est de former les membres du pool de leaders engagés pour les droits et devoirs de l’enfant et 16 autres responsables d’organisations religieuses musulmanes.

 

Tou Aboulaye, coordonnateur des programmes à la Fondation Djigui, de dire que cette formation survient après la mise en place d’une charte de l’enfant musulman, avec l’apport des guides religieux et des enseignants.  Le coordonnateur d’ajouter que ‘‘ cet atelier vise à outiller les guides religieux sur des documents juridiques concernant aux droits de l’enfant, afin de lever des préjugés sur les violences faites aux enfants et promouvoir leur droit’’.

Quant à Koné Zakaria Mohammed, président de l’Académie des Oulémas en Côte d’Ivoire, il a salué l’initiative pour le bien-être de l’enfant et il invite les parents à respecter les droits des enfants, parce que l’enfant est un dépôt de Dieu, ‘‘ un enfant dont les droits sont respectés, surtout celui de l’éducation, va faire ses devoirs vis-à-vis de ses parents et dans la société’’.

Les trois jours d’activités ont été meublés par des présentations sur la thématique, des exercices, des travaux de groupe et des restitutions.

SIRA