Vie sociale et folie de la visibilité

L’une des caractéristiques de la mondialisation reste à n’en point douter la révolution numérique qu’elle a enfantée et qui nourrit la propagation de ses valeurs. celle-ci portée par les technologies de l’information et de la communication n’en finit pas de modifier en profondeur les pratiques à tous les niveaux de la vie. cela, tant aux plans politique, économique, sociétal et social. Sur ce dernier aspect, se trouve la question de notre rapport à la communication autour de nos actes de vie. en cela, les réseaux sociaux nous font muter. en d’autres termes, ce moyen de communication nous transforme en de nouveaux êtres ; cela dans tant dans nos mentalités que nos comportements. Par exemple, pendant que la discrétion était autrefois célébrée, l’homme du 21è siècle, est dans la célébration de la visibilité. au point où pour des hommes et des femmes, de nos jours, exister c’est être simplement suffisamment visible sur les réseaux sociaux. Une posture mentale qui montre à quel point les hommes deviennent faibles idéologiquement et vidés de références solides. Toutes choses qui exposent l’individu à des pratiques contre-nature voire suicidaires. c’est pourquoi, il est important de faire des introspections individuelles en vue d’analyser notre usage des réseaux sociaux. en ce qui nous concerne, nous voudrons nous intéresser à la célébration du mariage de nos jours. Nul besoin de rappeler que le mariage est l’une des institutions sociales les plus vielles de l’humanité. en effet, tout commençait par le mariage grâce auquel l’homme se démarquait de la strate animale pour créer une famille, cellule embryonnaire de toute société. De ce fait, le mariage était sacré et donc soumis à des conditionnalités qui contribuaient à renforcer cette sacralité et lui permettaient de résister au temps. À l’avènement de l’islam, ce caractère sacré fut consacré de nouveau. Les peuples musulmans à travers le monde ont su trouver la jonction entre leurs cultures de base et les règles de l’islam en la matière. D’où les actes cérémoniels qui jalonnent la célébration du mariage et qui offrent des ressorts psychologiques, spirituels, économiques et sociaux au couple afin de faire face aux aléas de la vie durant leur reste de leur parcours. malheureusement, de nos jours, le mariage a dégringolé de ce piédestal sacré pour tomber dans la banalité d’un acte ordinaire. c’est à croire que, ce que recherchent les mariés, c’est plus l’acte communicationnel autour de leur mariage que la célébration d’un office sacré qui contribuera à consolider leur union en gestation. On dira de la célébration d’un mariage qu’il fut un « bon mariage » si le décor était de rêve, si les mariés étaient superbement habillés, si les voitures les transportant étaient de luxe et bien décorées, si leur entrée était féérique, si les best men et girls étaient parés d’uniformes chatouillants, si la réception était digne d’un gala artistique etc. Puis ce sera la déferlante des images du mariage sur les réseaux sociaux, pour donner plus de résonnance à l’évènement et en mettre plein les yeux des amis. Le comble dans tout cela, c’est que les dons aux religieux pour accompagner les bénédictions occupent généralement la portion congrue du budget du mariage. Du coup, le coût du mariage s’en trouve renchéri. et ceux qui ne peuvent pas s’offrir cette visibilité pour éviter d’être dans un écran noir n’hésitent pas à s’endetter à leur tour pour être visibles, afin d’appartenir à ce monde donc, d’exister. ce phénomène né avec les stars, s’est aujourd’hui diffusé dans la société tout entière. Faut-il le souligner, il est planétaire et n’est donc pas l’exclusivité d’une région donnée. Voici donc un exemple de mutation sociale que nous faire la mondialisation. ce qui nous donne du mariage, non plus la signification d’un acte essentiel de la vie. mais juste un moment de visibilité, d’existence. avec une telle mentalité, il n’est pas surprenant que les unions se défassent comme des nœuds de lacets de chaussures. Tout simplement parce que nous avons décidé de vivre comme des stars. Or, ce qu’il faut savoir, de nombreuses stars font de leur mariage, un simple acte de communication autour de leur carrière. ce qui fait que quelques temps après, ils se séparent sans aucun regret. La question qu’il convient de se poser c’est de savoir où nous allons. Sommes-nous devenus de simples suiveurs, vidés de mémoire et myopes à se faire des repères solides ? il est donc important pour les institutions que sont les communautés, les lieux de cultes et l’état civil de penser d’une part, à des formations prénuptiales voire de les renforcer pour aider les mariés à saisir la portée du mariage. D’autre part, à prendre des mesures coercitives pour limiter les dépenses relatives au mariage. cela, dans le but d’établir un équilibre social qui préserve les fondements de cet acte. Sinon, le mariage risque de devenir un acte vulgaire et donc de préparer à la dislocation future de la valeur famille. Ne l’oublions pas, allah nous le dit au verset 19 de la sourate 59 (l’exode) : « et ne soyez pas comme ceux qui ont oublié allah ; allah leur a alors fait oublier leurs propres personnes ; ceux-là sont les pervers. » Qu’allah inspire nos actes. amine.

NURUDINE OYEWOLE onurudine16@gmail.com Expert-consultant en communication