Comment faciliter l’accouchement selon le Coran et Sunna

Répandre l'amour de l'islam

Accoucher… ça fait (très !) mal. Mais l’Islam est une religion complète et nous avons des moyens légiférés nous permettant de nous faciliter cette épreuve, bi idhniLlah. Faites confiance à Allah, en partant à la maternité emportez avec vous le Coran et n’oubliez pas de prendre des dattes. En effet, il a été demandé à Maryam d’en consommer quant elle mis au monde le Prophète Issa alehi salam  :

Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse !” Sourate 19, Maryam, versets 25 et 26

En ce qui concerne la récitation du Coran au moment des douleurs de l’accouchement, voici une fatwa très complète qui détaille la marche à suivre et les différents moyens de procéder de façon légiférée.

Question :

Est-ce que la lecture de la sourate « al-Zalzalah » [Sourate 99] pendant l’accouchement facilite l’accouchement ?

Y’a t-il des invocations et formules de rappel légiférées à dire pendant l’accouchement afin de le faciliter ?

Et est-ce que les invocations pendant l’accouchement sont exaucées ?

Réponse :

Écrire la sourate « al-Zalzalah » dans un récipient contenant du safran, tout comme écrire les versets indiquant qu’Allah connaît le contenu de l’utérus, telle que la parole d’Allâh -SubhânahuwaTa’âla (traduction rapprochée) :

« A Lui revient la connaissance de l’Heure. Aucun fruit ne sort de son enveloppe, aucune femelle ne conçoit ni ne met bas sans qu’Il n’en ait connaissance. Et le jour où Il les appellera : « Où sont Mes associés ? » ils diront : « Nous Te déclarons qu’il n’y a point de témoin parmi nous ! » [Coran, 41/47]

et (traduction rapprochée) :

« Allâh sait ce que porte chaque femelle, et de combien la période de gestation dans la matrice est écourtée ou prolongée. Et toute chose a auprès de Lui sa mesure. » [Coran, 13/8]

–> [Écrire cela] a été exercé de sorte que l’on déverse de l’eau dans un récipient puis on y met du safran et on remue le tout jusqu’à ce qu’il soit teinté de safran, puis [la femme qui accouche] en boit et en passe sur le ventre.

–> Il est possible encore de réciter ces versets sur de l’eau puis [la femme] en boit et en passe sur le ventre.

–> Ou on peut encore réciter directement ces versets sur la femme qui éprouve les douleurs de l’accouchement.

                                          Tout cela est utile – avec la permission d’Allâh.

Quant à la question de l’invocation…l’invocation pour la femme qui éprouve ces douleurs d’accouchement

–> [Ces invocations] méritent bien d’être exaucées pour la nécessité que cela représente.

Certes Allah – SubhânahuwaTa’âla – a dit (traduction rapprochée):

« N’est-ce pas Lui qui répond à l’angoissé quand il L’invoque, et qui enlève le mal, et qui vous fait succéder sur la terre, génération après génération, – Y a-t-il donc une divinité avec Allâh ? C’est rare que vous vous rappeliez ! » [Coran, 27/62]

Beaucoup de fois le Seigneur -‘AzzawaDjal- exauce l’invocation d’une personne affligée et certes Allâh -SubhânahuwaTa’âla – dissipe cela pour elle.

Wa AllâhuA’lâm.

FatâwaSHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn – « Madjallat ad-Da’wah – n°1754 – p.36 »

 

muslimette-magazine.com