En France, les immigrés de plus en plus diplômés et surqualifiés

Répandre l'amour de l'islam
Une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) a été publiée mercredi. 

Celle-ci révèle que parmi les immigrés âgés de 15 à 65 ans, 27% ont un diplôme équivalent à bac + 2 ou plus. 

Un niveau de diplôme qui a « augmenté depuis une trentaine d’années ». 

Ainsi, 33 % de ceux qui sont arrivés en France après 1998 ont un diplôme de l’enseignement supérieur, contre 21 % de ceux arrivés avant cette date.

En conséquence, 36% des immigrés estiment qu’ils étaient trop qualifiés lors de leur premier emploi en France, contre seulement 17% des personnes non immigrées. 

L’institut de la statistique souligne que la « nécessité de travailler rapidement » peut  conduire les immigrés à « accepter des emplois dans lesquels ils ont le sentiment d’être surqualifiés ».

Les chiffres montrent que seulement 7% des immigrés exerçaient pour leur premier emploi après l’arrivée en France un poste de cadre, 5% une profession intermédiaire, 58% un poste d’employé et 27% d’ouvrier.

Parmi les immigrés, ce sentiment de surqualification est « significativement plus élevé » pour les personnes qui « ne parlaient pas ou peu français » au moment de leur premier emploi. 

Mais les auteurs du rapport estiment que « la facilité pour obtenir un premier emploi est globalement peu liée à la maîtrise de la langue » puisque si 56% des immigrés ne parlaient pas français à leur arrivée, ils étaient ensuite 43% à ne pas connaître la langue au moment de travailler. 

Autre constat, les immigrés demanderaient la nationalité française surtout pour des raisons d’ordre professionnel. 45% ont déclaré l’avoir fait pour trouver plus facilement un emploi. Pourtant, beaucoup estiment que cela n’avait finalement pas eu tant d’impact.

lemuslimpost.com

Laisser un commentaire