Football : Cristiano Ronaldo quitte le Real Madrid pour relever un dernier défi avec la Juventus Turin

Répandre l'amour de l'islam

A 33 ans, l’heure de la préretraite n’est pas encore venue pour Cristiano Ronaldo. Il y a encore quelques années, certains proches de ses proches évoquaient une fin de carrière en pente douce du côté des Etats-Unis. Mais l’Amérique (ou la Chine et son lucratif championnat) attendront encore un peu. CR7 a encore un dernier défi à relever en Europe ; à savoir remporter la Ligue des champions avec la Juventus Turin où il s’est engagé mardi 10 juillet pour quatre saisons.

Comme annoncé depuis quelques jours, le Portugais quitte le Real Madrid où il évoluait depuis 2009 pour rejoindre la « Juve ». Le champion d’Italie a déboursé 105 millions pour s’attacher les services du joueur sous contrat avec le Real jusqu’en 2021. Si le tarif est loin d’atteindre les 222 millions payés par le PSG pour attirer le Brésilien Neymar, le chiffre impressionne pour un joueur de 33 ans dont le potentiel de revente est forcément plus limité.

Mais Cristiano Ronaldo est-il un trentenaire comme les autres, lui qui se voit bien poursuivre sa carrière jusqu’à la quarantaine ? Auréolé de tous ses titres, il aurait pu tranquillement rester à Madrid, où il a définitivement mis le monde à ses pieds avec quatre ballons d’or et quatre Ligues des champions. « J’ai beaucoup réfléchi et je pense que le moment est venu d’ouvrir une nouvelle étape dans ma vie », a indiqué le joueur dans une lettre publiée par le club merengue en fin d’après-midi.

Dans cette missive, Ronaldo explique avoir « demandé au [Real Madrid] d’accepter [s] on transfert » vers Turin. En Italie, il découvrira un quatrième championnat. Après ses débuts en 2002 avec son club formateur du Sporting Portugal, il a conquis l’Angleterre avec Manchester United (entre 2003 et 2009 avec une première Ligue des champions en 2008), avant de rejoindre le Real Madrid en 2009 pour 94 millions d’euros. Malgré les titres (16), les buts (451 en 438 rencontres), la relation n’a pas toujours été un long fleuve tranquille entre la star et le public madrilène.

Une relation complexe avec le Real

Ronaldo a souvent affiché son mal-être pour mieux obtenir des lucratives prolongations de contrat. A l’été 2012, il avait choqué une Espagne en pleine crise en se disant « triste » de son sort au Real, avant de résigner un contrat mirobolant l’année suivante, jusqu’en 2021. « Si j’avais un joueur comme moi, je le prolongerais pour au moins dix ans », avait-il lancé en septembre 2016 en toute modestie.

A la fois diva et bourreau de travail, le Portugais est un personnage qui divise. Jugé arrogant de l’extérieur, il est souvent décrit comme un bon camarade par ses coéquipiers. Il faut juste composer avec son ego de la taille de Madère, son île natale, où l’aéroport porte déjà son nom et un musée à sa gloire existe depuis cinq ans.

A Turin, le joueur touchera un salaire annuel de 30 millions d’euros par saison. De quoi lui permettre de régler son gros différent avec le fisc espagnol. Poursuivi pour évasion fiscale, le champion d’Europe 2016 a conclu le 15 juin un accord à l’amiable l’engageant à verser une amende de 18,8 millions d’euros pour mettre fin à ses poursuites dans le cadre d’un préaccord. Le footballeur risquait une peine de prison de deux ans ferme.

Le bourreau de la « Veille Dame »

Ronaldo rejoint un club qui règne sur l’Italie depuis sept ans mais qui trébuche sur la dernière marche en Ligue des champions (défaites en finale en 2015 et 2017). Sous le maillot du Real, CR7 a souvent été le bourreau de la « Veille Dame ». Comme lors du quart de finale aller cette saison le 2 avril dernier, le Portugais s’était envolé dans le ciel de Turin pour inscrire d’un retourné sans doute le plus beau but de sa carrière.

Le public de l’Allianz Stadium lui avait réservé une belle ovation. Emu, il avait remercié les supporteurs la main sur le cœur. Trois mois plus tard, il s’apprête à retrouver cette ville aussi discrète que lui est extraverti. Un mariage tardif, mais peut-être un mariage d’amour.

 

SOURCE : www.lemonde.fr