[Interview] Islam et développement personnel font-ils bon ménage ?

Répandre l'amour de l'islam

Le développement personnel, on en entend beaucoup parler, mais au final on n’en connaît que très peu de choses. Coaching, ateliers, formations… les activités autour du développement personnel se multiplient et ce même au sein de la communauté musulmane. La quête du mieux-être et du mieux-vivre, le questionnement sur soi, sont aujourd’hui des thèmes qui nous animent. Mais la question se pose alors : Et l’Islam dans tout ça ? Allah et Son Prophète (salallahou alayhi wa salam) ne nous ont-ils pas déjà donné toutes les solutions, et les outils pour nous épanouir ? J’ai souhaité en savoir plus sur la façon dont le développement personnel peut intervenir dans la vie d’un croyant. Je partage avec vous ma rencontre avec Emilie Antoine, psycholoque :

Qu’est-ce que le développement personnel ?  Quels en sont les intérêts et les  objectifs ?

Je demande refuge auprès d’Allah contre Satan le lapidé, Bismillah Ar Rahman ar Rahim, salamaleykoum wa rahmatullah wa barakatuh,

Si tu le permets, je vais te répondre ici, partant de ce qui n’engage que moi, si je puis dire. C’est à dire que je vais développer la conception du développement personnel à laquelle j’adhère et non celle qui, je pense, est généralement développée.

Je te dirai simplement que le développement personnel est la recherche de l’excellence accompagnée par une tierce personne. En tant que Psychologue, j’accompagne dans le cheminement en mettant à profit mes capacités d’écoute, d’analyse et de compréhension, de reformulation, d’éclaircissement. Je m’applique à mettre le doigt sur les « nœuds », les freins, les « bugs » qui bloquent la personne dans sa manière de penser, d’interpréter, de concevoir et de fait : d’agir. Les intérêts sont de pouvoir se comprendre, s’analyser et s’améliorer dans son rapport avec Allah,  avec soi, avec les autres et avec la vie si Allah le veut.

 

Le développement personnel n’est-il pas contraire à la foi musulmane ?

(Dans le sens où l’on a l’impression que le développement personnel se fonde sur « si je VEUX, je PEUX». Or en Islam on ne peut que SI ALLAH  VEUT)

Ta question est très pertinente Allahoumma barik et elle va me permettre de clarifier les choses si Allah le veut. Concevoir le développement personnel de cette manière est une ERREUR.

Ce que tu as écrit existe et de vous à moi, cela m’irrite profondément. C’est pourquoi je précise toujours aux personnes que je ferai de mon mieux pour leur apporter une aide et une plus value mais que la bonne issue appartient à Allah !

Si je puis me permettre une « équation » qui me semble plus « correcte », le bon leit motiv serait :

« Je demande à Allah, je fais les causes pertinentes de manière sincère et pro-active, j’ai la bonne opinion de mon Seigneur, et je fais un travail d’acceptation de reconnaissance du résultat, c’est à dire du décret, comme étant convaincue que ce que Allah veut pour moi est le meilleur »

Comme je le développe brièvement lorsque j’interviens en assemblée ou quand je partage des moments avec des sœurs, la conception que tu as évoquée est totalement inopérante « psychologiquement «  et « pragmatiquement » en deçà d’être incorrecte du point de vue de la croyance et cela n’est pas triviale du tout.

J’en constate les méfaits chaque jour soubhanAllah.  Effectivement elle est « risquée » car, si je grossis le trait : en cas de réussite, la personne peut s’enorgueillir, qu’Allah nous en préserve. Et en cas d’échec, elle peut tomber dans la dévaluation de sa propre personne, se disant que si elle a « voulu » mais qu’elle n’a pas « pu » c’est probablement qu’elle n’en était pas capable. Qu’Allah nous guide.

Si on conçoit la possibilité et le résultat comme étant de son propre fait uniquement, ne prenons nous pas le risque d’en adorer sa propre personne et de tomber dans une forme de shirk ?

 

De quelle manière peut-on faire appel au développement personnel en tant que musulman ?

En ayant conscience que la bonne issue vient d’Allah, en ayant la bonne opinion de Son Seigneur, en considérant que la démarche de développement personnel avec une psychologue peut être une cause, dans le sens de l’accompagnement vers l’excellence. Toutefois le résultat appartient à Allah Le Très Haut et le développement personnel peut être un outil « mondain ». Ceci étant le jeun, la prière surérogatoire, la prière nocturne sont des outils spirituels vers lesquels il faut se tourner plus que jamais pour éduquer et bonifier son âme !

 

N’y a-t-il pas déjà toutes les ressources dans la religion pour parvenir à l’épanouissement ?

Si bien sûr, j’aspire à travailler à l’application « microscopique et concrète » de ses ressources, dans la mesure de mes capacités biidnIllah.

A titre d’exemple, en psychologie il y a une notion qui s’appelle la résilience. On dira d’une personne qu’elle est résiliente lorsqu’elle est parvenue à se reconstruire après un évènement difficile comme le deuil d’un être cher. Lorsqu’on endure ce genre d’épreuve, on se questionne sur le sens de la mort, sur le « juste » de cette perte qui est arrivée et sur l’avenir sans cet être cher qui a été rappelé.

Lorsqu’on sollicite les bases de la croyance musulmane, on constate que la capacité de résilience est « décuplée ». Ces questions trouvent des réponses ou le matériel nécessaire au « lâcher prise ». En effet, nous nous souvenons qu’à Allah nous sommes et qu’à Allah nous retournerons, nous nous souvenons qu’Allah n’est pas injuste et que Son décret est parfait d’une manière que nous ne pouvons pas toujours cerner, nous nous souvenons et nous nous tranquillisons du fait que c’est Allah qui gère les affaires, qu’Il connaît le futur. Il ne nous reste qu’à déléguer à Allah, le Créateur des causes puis de faire les dites causes. Enfin on se rappelle et on escompte que pour cette tristesse que l’on endure, toutefois légitimement, Allah, dans Sa clémence, nous élèvera en degré et nous pardonnera de nos pêchés. Allah akbar !

 

La bonne croyance est capitale en ce qu’elle favorise, sollicite et active « les bons mécanismes » psychologiques. Je considère qu’ici mon travail est de « décoder » les nœuds dans les conceptions (et les « insufflations sataniques » ou « wesswess » ou pensées négatives), de les montrer à la personne et de travailler avec elle sur la manière de les gérer psychologiquement et comportementalement.

 

En quoi le développement personnel peut-il permettre de s’améliorer en tant que musulman ? Peut-il au final devenir un “boosteur” de foi ?

Je fais l’hypothèse qu’avec la permission d’Allah, le développement personnel peut être un outil, une cause pour se remettre en question et s’améliorer. Il peut être un boosteur de foi si tant est que l’intention première soit tournée en ce sens inshaAllah. Si l’on considère que se remettre en question peut permettre d’être plus clairvoyant sur sa situation, cette clairvoyance peut « se répercuter » sur une « identification facilitée » des grâces qui nous entourent et faire augmenter la foi par exemple. Tout comme cette remise en question peut être facteur de « responsabilisation » et de réforme dans sa religion biidnillah.

 

Penses-tu que les musulmans sont assez intéressés et suffisamment informés à propos du développement personnel ? Qu’est-ce qui selon toi peut constituer un frein face à cette pratique ?

Probablement que cet outil, comme tout outil de bonification et de réforme possible,  est noyé par la vie d’ici-bas.

Cela n’engage que moi, mais je pense que certaines formations ou pratique du développement personnel ne sont objectivement pas toujours « en adéquation » profonde avec nos croyances religieuses.  Je comprends que dans cet embrouillamini, certaines ont pu jouer la carte de la préservation et de la méfiance. Aussi, il faut respecter que pour une raison ou pour une autre chacun n’est pas prêt à cheminer. Enfin, c’est comme Allah veut 😉

 

Pour les personnes intéressées, comment bien choisir ses formations / ateliers etc… ? (On sait qu’il y a beaucoup de sectes qui se cachent derrière ce genre d’initiatives)

C’est vrai, il y a beaucoup de croyances sectaires disséminées partout, qu’Allah nous guide et nous accorde une bonne compréhension. Je dirai que d’abord, il faut invoquer Allah pour qu’Il nous donne cette capacité de discernement dans la croyance et qu’Il nous guide. Pourquoi pas interroger directement la personne qui propose la formation ou l’atelier sur la question et/ou se renseigner sur elle ? Consulter Allah et s’en remettre à Lui pour sceller sa décision.

D’autres choses à rajouter ?

Le Tawhid ; connaître Allah, Ses noms, Ses attributs et comment on l’adore n’est pas une chose triviale. Cela constitue un excellent cadre de rationalisation, de pensée de conception, de comportement, d’épanouissement et d’action. C’est L’outil de développement personnel princeps à appliquer dans le quotidien, si je puis m’exprimer ainsi.

“Gloire et pureté à Toi, Ô Seigneur, et à Toi la louange. J’atteste qu’il n’y a pas d’autre divinité que Toi. Je Te demande pardon et me repens à Toi. JazakoumAllahkheyra, qu’Allah vous accorde le meilleur. Tout bien vient d’Allah, qu’Allah nous pardonne nos erreurs et nos manquements.”

Avenuedessoeurs.com

Laisser un commentaire