Les conditions d’obligation du jeûne du mois de Ramadan 8/11

Répandre l'amour de l'Islam

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D. La femme enceinte et celle qui allaite

1. Le jeûne du mois de Ramadan n’est pas obligatoire à la femme enceinte si le jeûne lui est difficile ainsi qu’à la femme qui allaite si le jeûne nuit à l’allaitement

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes Allah a levé la moitié de la prière pour le voyageur (*) et Il a levé le jeûne pour le voyageur, la femme enceinte et la femme qui allaite ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°1667 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Ibn Maja)

(*) C’est à dire que le voyageur prie les prières du dohr, du ‘asr et du ‘icha en faisant deux unités de prière au lieu de quatre pour le résident.


عن أنس بن مالك رضي الله عنه قال النّبي صلّى الله عليه و سلّم : إنَّ اللَّهَ وضعَ عنِ المسافرِ شطرَ الصَّلاةِ وعنِ المسافرِ والحاملِ والمرضعِ الصَّومَ
(رواه ابن ماجه في سننه رقم ١٦٦٧ و صححه الشيخ الألباني في تحقيق سنن ابن ماجه)

2. Si la femme enceinte ou celle qui allaite sont en forme et ne craignent pas que le jeûne nuise à l’enfant alors il leur est obligatoire de jeûner

Cheikh ‘Otheimine a dit : « Si la femme enceinte est en forme et forte, que le jeûne n’est pas difficile pour elle et qu’il n’a pas d’effet sur l’enfant qu’elle porte alors elle doit obligatoirement jeûner car elle n’a aucune excuse pour ne pas jeûner ».
(Fatawa As Siyam p 550)

3. Si la femme enceinte craint que le jeûne ne nuise à l’enfant qu’elle porte ou si la femme qui allaite craint que le jeûne ne nuise au bébé alors le jeûne est interdit

L’imam Chawkani (mort en 1250 du calendrier hégirien) a dit : « Il a été mentionné que certains savants ont cité le consensus sur le fait que le jeûne n’est pas permis pour la femme enceinte ou celle qui allaite si elle craint pour l’enfant qu’elle porte ou son bébé ».
(Seyl Al Jarar p 287)

4. Si la femme enceinte ou celle qui allaite rompent le jeûne alors elles ont le choix entre le fait de rattraper les jours de Ramadan manqués ultérieurement ou bien nourrir un pauvre pour chaque jour
(Voir Sounan Tirmidhi p 178 ; Fatawa Nisaiya de Cheikh Albani à 40 secondes)

D’après ‘Ata, ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit : « La femme enceinte et celle qui allaite peuvent rompre le jeûne durant le Ramadan et elle rattrape en jeûnant et ne nourrissent pas ».
(Rapporté par ‘Abder Razaq dans son Mousannaf n°7564 et authentifié par Cheikh Zakariya Ibn Ghoulam Al Bakistani dans son ouvrage Ma Saha Min Athar AS Sahaba Fil Fiqh p 688)


عن عطاء قال عبدالله بن عباس رضي الله عنهما : تفطر الحامل والمرضع في رمضان و تقضيان صياماً و لا تطعمان
(رواه عبدالرزاق في مصنفه رقم ٧٥٦٤ و صححه الشيخ زكريا بن غلام الباكستاني في كتابه ما صح من آثار الصحابة في الفقه ص ٦٨٨)

D’après Nafi’ : Lorsque ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a vu une femme enceinte ou qui allaitait, il a dit : « Tu es dans la même situation que ceux qui ne peuvent supporter le jeûne qu’avec une grande difficulté. Tu dois nourrir à la place de chaque jour non jeûné un pauvre et tu n’as pas à rattraper le jeûne ».
(Rapporté par Ibn Jarir Tabari dans son Tefsir n°2760 et authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil vol 4 p 20 ainsi que par Cheikh Ahmed Chakir dans sa correction du Tefsir Tabari)


عن نافع عن عبدالله بن عمر رضي الله عنهما أنّه رأى حاملاً أو مرضعاً فقال : أنت بمنزلة الذي لا يطيقه عليك أن تطعمي مكان كلّ يوم مسكيناً و لا قضاء عليك
(رواه ابن جرير الطبري في تفسيره رقم ٢٧٦٠ و صححه الشيخ الألباني في إرواء الغليل ج ٤ ص ٢٠ و صححه أيضاً الشيخ أحمد شاكر في تحقيقه لتفسير الطبري)

Remarque :À qui donner la compensation ? Quelle quantité de nourriture donner ? Comment la donner ? Peut-on donner la compensation en argent et pas en nourriture ?