LES MUSULMANS NOIRS, VICTIMES DE DISCRIMINATIONS EN ANGLETERRE

Répandre l'amour de l'islam

Mostafa Briguez, étudiant de 23 ans, a présenté dans son université, l’histoire de l’Afrique de l’ouest et ses relations avec l’islam, et déclaré : « Adjar, l’épouse d’Abraham (as), était une noire, et les musulmans au début de l’islam se sont réfugiés en Éthiopie pour pouvoir pratiquer librement leur religion ».

Habib Akandeh, écrivain et historien nigérian, vivant en Angleterre, a déclaré que l’image du noir pauvre qui s’est converti à l’islam était une fausse image, que Bilal, le muezzin du prophète (as), était devenu gouverneur de Syrie et qu’il y avait des noirs qui avaient des postes importants, comme le roi d’Éthiopie, qui s’est converti à l’islam.

« Je vais faire des discours sur ces noirs qui  ont eu une grande influence comme la sœur de Malcom X qui s’est convertie avant son frère, et dont on ne parle jamais. Les discriminations envers les noirs existaient sous le règne des abbassides comme le montre la rébellion des Zanj qui étaient des esclaves importés d’Afrique principalement utilisés pour le travail agricole dans les plantations du sud de l’Irak », a-t-il dit.

Monireh Williams, musulmane anglaise, a déclaré que les musulmans noirs étaient victimes de discriminations et qu’elle voulait organiser des cérémonies en l’honneur de Malcom X et de Mohammad Ali, précisant que le message de Mohammad Ali Clay était un message contre le racisme.

Mickael Momissa, professeur à l’université de Cambridge, estime que les musulmans blancs ont éliminé de leur champ d’action ou réformé le militantisme de gens comme Malcom X et Mohammad Ali car ils n’avaient pas de politique précise contre le racisme et étaient obligés d’adapter cette politique à leur propre idéologie, alors que Malcom X et Mohammad Ali étaient des militants noirs d’un mouvement qui durait depuis un siècle et qui ont sacrifié leur vie à la lutte contre le racisme qui existe aussi dans certains pays islamiques.

« Beaucoup pensent que le silence des mosquées face aux violences policières faites aux noirs et l’esclavage moderne en Libye, encourage le racisme en Angleterre. Nous devons avoir le courage de parler du racisme et nous devons inviter des noirs capables d’aborder différents sujets comme les problèmes des jeunes ou le sexisme, et ne pas confiner les musulmans noirs aux questions de leur race et des injustices qu’ils subissent », a-t-il dit.

IQNA