Nigeria : une trentaine de personnes kidnappées dans le nord

Répandre l'amour de l'Islam

Plus de 30 personnes ont été kidnappées et deux autres ont été tuées dans différentes attaques sur une route dans l’État de Kaduna (nord du Nigeria), victime de la violence de bandes armées, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

« Vers 18h25 hier (vendredi), 22 personnes ont été kidnappées par des bandits armés le long de la route Birnin Gwari, entre les villages d’Udawa et de Labi », a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’émir (chef traditionnel) local, Isah Muhammad Galadima.

« Les bandits, armés et à motos, ont intercepté sept véhicules et kidnappé tout le monde, même une jeune mère avec son bébé », a-t-il ajouté.

Plus tôt vendredi, « 10 autres personnes ont également été kidnappées le long de cette autoroute par les même bandits armés », a précisé M. Galadima.

Selon lui, les ravisseurs ont déjà contacté le mari de la maman enlevée avec son enfant pour réclamer « une rançon de 5 millions de nairas (11.800 euros) » en échange de leur libération.
Contactés par l’AFP, deux responsables locaux du syndicat national des transports routiers (Nutrw) ont confirmé qu’ »au moins 30 voyageurs » ont été enlevés sur l’axe Birnin Gwari-Kaduna, ajoutant que deux personnes avaient aussi été tuées dans les attaques.

« Deux passagers ont été tués et six autres blessés par balle, ils sont soignés au village d’Udawa », a expliqué Danladi Haruna, qui dirige la section de Birnin Gwari du syndicat.

« Les ravisseurs ont ouvert le feu sur les automobilistes et ont tué deux personnes, blessé six autres, et emmené 30 passagers qui n’avaient pas été touchés par les tirs », a confirmé Yusuf Abdullahi Udawa, porte-parole du Nutrw à Udawa.

« La nouvelle stratégie utilisée par les hommes armés est d’ouvrir le feu sur les véhicules qui arrivent, pour les forcer à s’arrêter ou à faire une sortie de route en brousse », a-t-il poursuivi.

« La présence de la police et de l’armée est insuffisante pour protéger les voyageurs, nous avons besoin d’un déploiement immédiat des forces de sécurité sur cet axe », a plaidé le porte-parole de l’émir.

Les enlèvements contre rançons se sont multipliés ces deux derniers mois pour atteindre un niveau jamais atteint dans cette région frontalière de l’Etat de Zamfara, d’où viennent ces gangs criminels qui volent aussi le bétail et contrôlent le trafic illégal de l’or.

Début mai, quelque cent personnes ont ainsi été enlevées en deux jours sur une autre route dans la région de Birnin Gwari.

Ces kidnappings se multiplient depuis une dizaine d’années, d’abord dans le Sud-Est pétrolier, avant de se propager dans tout le pays, particulièrement dans l’Etat de Kaduna.

Les personnes enlevées sont souvent libérées après quelques jours, après versement d’une rançon.

AFP