Portrait de l’écrivaine Mahoua S. Bakayoko

Répandre l'amour de l'islam
  • 4
    Shares

Mahoua Soumahoro épouse Bakayoko est née à Abidjan. Après des études littéraires à l’université d’Abidjan en lettres modernes, aujourd’hui université Félix Houphouet Boigny , elle enseignera pendant une décennie avant de rejoindre son époux dans ses fonctions à l’ambassade de Côte-d’Ivoire en Arabie Saoudite . Affecté successivement en Égypte puis aux États-Unis, Mahoua S.Bakayoko est de retour en Côte-d’Ivoire. Au cours de son périple à l’étranger, Mahoua embrasse une carrière de romancière avec à son actif cinq œuvres. ***Son premier roman édité au Canada aux Éditions DHART plante le décor dans la rébellion Ivoirienne. Un récit assez cru d’un pan de l’histoire récente de son pays. -La rébellion de Zantigui paru aux éditions Dhart (Canada) Voir l’ailleurs mais surtout rencontrer des immigrés d’Afrique dans ces contrées
lointaines va inspirer ses trois recueils de nouvelles. – la trilogie Tounghan ou les écueils del’immigration Tome 1-2-3 éditée en Côted’Ivoire aux éditions Balafons dépeint sans faux fuyants la vie dramatique des immigrés d’Afrique noire
Toujours la plume trempée à l’encre de la dénonciation des maux de notre continent, l’écrivaine pond son œuvre toujours aux éditions Balafons : -“Sous le joug d’un dangadéh «, Dans cette œuvre romanesque la romancière ouvre les placards puants de cette société africaine en plein tourment. Chroniqueuse, blogueuse, Ecrivaine romancière éprise follement de son Afriki, Mahoua S.Bakayoko avec sa plume souhaite faire avancer les choses sur le continent. L’écrivaine avec la sortie de « Chroniques étranges d’Afriki » signe sa 6eme production littéraire en trempant sa plume dans l’encre de nos travers et tares. Ami Méité