Côte d’Ivoire : bras de fer entre les syndicats de la santé et le gouvernement

Répandre l'amour de l'islam
Ces membres oubliés par un décret portant octroi d’indemnité paramédicale et de risque sanitaires aux cadres de la santé, le Syndicat des agents administratifs de la Santé de Côte d’Ivoire avait signé un accord début août avec la tutelle permettant de rectifier le tir. Aujourd’hui, l’organisation syndicale réclame l’application de l’accord.

Un mois après avoir signé un accord avec le gouvernement, le Syndicat des agents administratifs de la Santé de Côte d’Ivoire (SYNAAS-CI) passe à l’action. L’organisation syndicale s’estimant «mise à l’écart des avantages octroyés dans l’application du décret portant octroi d’indemnité paramédicale et de risques sanitaires aux cadres supérieurs de la Santé et au personnel technique», a réclamé ce weekend la mise en œuvre d’une entente corrective obtenue avec son ministère de tutelle début août dernier.

Selon le secrétaire général du Synaas-CI, Narcisse Koffi, cette réclamation de l’organisation concerne plusieurs points. Il s’agit, a-t-il laissé entendre dans une déclaration face à la presse, de «l’extension et la revalorisation de l’indemnité de risques à 90 000 francs CFA (…), la prise d’un texte pour l’octroi d’une indemnité de sujétion de 50 000 francs CFA, la prise d’un texte pour l’octroi d’une indemnité de logement au personnel Administratifs de la Santé (jusque-là, seuls les médecins ont une indemnité contributive de logement (70 000 francs CFA) à la Santé».

Les agents administratifs de la santé en Côte d’Ivoire à travers leur syndicat réclament également que «la revalorisation de 15% à 50% des primes annuelles soient trimestrielles afin qu’elles créent la motivation escomptée et non l’effet contraire».

Une approche «sélective et arbitraire»

Les frustrations du Synaas-CI portent sur le fait que ses membres n’ont pas été pris en compte dans le décret gouvernemental qui améliore les conditions de vie des cadres de la santé et du personnel technique. Narcisse Koffi a dénoncé «l’application sélective et arbitraire du décret n°2008-03 du 4 janvier 2008 portant octroi d’indemnité paramédicale et de risques sanitaires aux cadres supérieurs de la Santé et au personnel technique».

afrique.latribune.fr