La vaillante vendeuse de ”sissainogo”

Répandre l'amour de l'islam

Le choix du commerce, une étape décisive dans la décision de faire de l’entreprenariat. Si certaines ont fait le choix du cosmétique, d’autres ont opté pour l’alimentation. Et Awa Traoré fait dans l’alimentation mais pas n’importe laquelle. Lisez pour découvrir sa particularité.

Il est 15 heures 30 voir 16 heures, une foule d’enfant en plein cri ont entouré une vendeuse. Chacun veut être servi en première position, tout en balançant la main sans tenir compte de l’huile toute chaude à proximité. Dans ce lot d’enfant, on aperçoit également quelques personnes adultes qui se sont mises dans la danse. La vendeuse quelque exaspérée marque quelque pose après plusieurs interpellations de ses clients très exigent. Elle c’est Awa Traoré et son commerce n’est tout autre que celui de la vente des intestins de poulet (sissainogo) de même que les têtes et tout autre partie qui sont pour la plupart des gens des morceaux à mettre à la poubelle. Après avoir vendu des chaussures et faire le nettoyage des bordures de route, elle a fini pas s’intéresser au commerce de ‘‘sissainogo’’. Awa débute sa vente pendant le mois de ramadan une fois de retour de Korhogo. Elle s’approvisionne au marché de poulet et récupère toutes les parties rejetées par les clients de poulets qui les font nettoyer sur place. Awa raconte que ‘‘ je vais au marché au environ de 14 heures pour prendre les intestins, je les nettoient, les précuits et les fris’’. Son choix c’est porté sur cette vente parce qu’elle dit-elle, ‘‘ j’ai choisi ce commerce parce que les enfants aiment bien les intestins grillés’’. Dame Traoré se réjouit aujourd’hui car elle semble avoir trouvé ce dans quoi elle peut s’investir. Son réel problème reste quelque fois le manque de sa matière première sur le marché, elle retourne bredouille et ce jour se sont des enfants et adultes qui sont privés de leur goûter.

Pour sa part Awa Traoré encourage toutes les femmes à exercer dans une activité de sorte à être indépendante et s’occuper de sa famille.

SIDIBE RAMATOU, Journaliste/bloggueuse