Real, du jamais vu en 116 ans !

Répandre l'amour de l'islam

Restés plus de 8 heures sans marquer le moindre but, les Madrilènes n’ont pu que réduire le score face à Levante (1-2) ce samedi, à Bernabeu. La position de Julen Lopetegui apparaît plus que jamais intenable à une semaine du Clasico.

Le Real brûle-t-il ? La question démangeait déjà toute la Liga avant cette 9e journée et la nouvelle défaite des Merengues, battus (0-2) sur leur pelouse de Santiago-Bernabeu par Levante, modeste onzième du classement, constitue, à n’en pas douter un début de réponse… Ce revers fragilise surtout un peu plus la position d’un Julen Lopetegui auquel la dernière fenêtre internationale n’a, semble-t-il, pas permis de trouver la solution pour éviter à l’ancien sélectionneur espagnol de prendre la porte.

On attendait un Real remonté comme une pendule par son coach. Et l’entame de match tourne au cauchemar. Raphaël Varane, pris dans son dos, est devancé par Jose Luis Morales le plus prompt aussi pour battre un Thibaut Courtois trop court sur sa sortie (0-1, 7e). Quatre jours après la victoire des Bleus contre l’Allemagne (2-1), le champion du monde vit un calvaire : une faute de main à l’entrée de sa surface vaut à Varane, après intervention du VAR, un penalty que Roger Marti Salvador transforme pour le break express des visiteurs (0-2, 13e).

8 heures et 2 minutes sans marquer !

K.-O. debout, ou presque, Madrid est insignifiant dans le jeu. Mais pas sans se montrer dangereux devant le but d’Oier Olazabal. Sur corner, Marco Asensio croit avoir réduit le score, mais c’est encore le VAR qui décèle le hors-jeu du Madrilène pour invalider le but accordé par l’arbitre dans un premier temps (17e). La transversale est trouvée par Mariano Diaz, titulaire et préféré à Karim Benzema, remplaçant au coup d’envoi, avant que Casemiro n’oblige Oier a nettoyé sa lucarne de la tête (34e) ; le même Oier auteur d’une parade sensationnelle devant Lucas Vazquez à bout portant (42e). La première période s’achève pourtant bien sous les sifflets de Bernabeu, après qu’un but a été refusé aux visiteurs pour hors-jeu (43e).

Toujours aussi inefficace, le Real de Lopetegui entre dans l’histoire par la mauvaise porte en établissant au retour des vestiaires un nouveau record d’inefficacité devant le but avec plus de 465 minutes sans marquer, toutes compétitions confondues. Du jamais vu dans l’histoire du club vieille de 116 ans ! Et les entrées en jeu de Gareth Bale puis de Karim Benzema, pourtant le plus en vue, ne vont pas permettre d’y changer quelque chose. Jusqu’à la passe décisive du Français pour Marcelo, dont la frappe en force met fin à une disette longue de huit heures et deux minutes (1-2, 72e). Benzema, décidément, qui d’une frappe enroulée va trouver le poteau d’Oier cette fois battu (76e). Et… commettre une faute préalable sur le but égalisateur refusé à Mariano (88e). Le Real enchaîne une troisième défaite en quatre journées (*) et ne risque pas forcément de profiter du choc Barça-Séville en soirée (20h45).  465 – This is the Real Madrid longest scoreless run in their history (all competitions) 465 minutos. Warning.