“Si on regarde dans l’histoire, les meilleurs c’étaient les noirs et les arabes”

Répandre l'amour de l'islam

C’est ainsi que parlait Kylian Mbapé, à 12 ans, au sujet des quotas dans le football

La tourmente s’intensifie autour du PSG. Après des premières révélations au sujet du fair-play financier ou le transfert XXL de Kylian Mbappé, Mediapart a jeté un nouveau pavé dans la marre en accusant le club de la capitale de s’être livré à un fichage ethnique dans le recrutement des jeunes joueurs.

Des révélations qui ne sont pas sans rappeler l’affaire des quotas. En 2011, François Blaquart, le directeur technique national, et Laurent Blanc, le sélectionneur, avaient été accusés de vouloir limiter le nombre de joueurs d’origine étrangère formés en France. Une affaire qui avait conduit le bureau français de l’AFP à faire un reportage à Bondy. L’occasion d’interroger de jeunes apprentis footballeurs parmi lesquels un certain Kylian Mbappé, alors âgé de 12 ans.

La mère de Mbappé défend Westerloppe 

“Si on regarde dans l’histoire, les meilleurs c’étaient les noirs et les arabes. À part Platini, Cantona et tout ça…”, avait-il alors lancé, maillot de l’AC Milan, plus précisément de Robinho, sur le dos. S’il ne s’est pas exprimé sur cette affaire, préférant répondre aux accusations de Mediapart sur son transfert, nul doute que le jeune attaquant parisien tiendrait aujourd’hui un discours plus mesuré.

“Le procès qu’on est en train de faire à Marc Westerloppe est injuste, C’est un homme de grande qualité. Il n’est pas raciste”, a d’ailleurs confié Fayza Mbappé, la mère du champion du monde à L’Equipe, ajoutant:  “C’est clair, sans lui, Kylian ne serait pas au PSG.

Laisser un commentaire