La prosternation de l’oubli

II a été affirmé par les textes qu’il est arrivé au Prophète d’oublier de faire quelques actes durant la prière. II disait, en tant qu’enseignant pour sa communaute : ” Je ne suis qu’un humain, il m’arrive d’oublier comme vous. Quand l’un de vous commet un acte par inadvertance [dans Ia prière] qu’il effectue deux prosternations pendant qu’il est assis” 1-Description: La prosternation de l’oubli consiste en fait en deux prosternations qu’effectue Ie fidèle avant ou après la formule du salut «taslfm»; les deux manières ont été faites par Ie Prophète I1 a dit : ” Quand l’un de vous doute dans sa prière, et ne sait pas s’il a fait trois ou quatre rakaat, il doit dissiper tout doute en se basant sur ce dont il est Ie plus sûr et il effectue deux prosternations avant Ie salut final «taslim» . 2-Dans l’histoire de Dhu-I-Yadayn, qu’AlIah l’agrée, Ie Prophète s’est prosterné après avoir fait Ie taslim. 3-II est préférable de respecter cela en se prosternant avant Ie taslim quand on est dans Ia même situation qui se trouve dans Ia Tra- dition. Il en va de même pour la prosternation après Ie taslim. En dehors de cela, on a Ie libre choix. Le Prophète a en effet dit : ” Quand I’homme commet un ajout ou une omission dans la prière, qu’il effectue deux prosternations. 2-Les situations dans lesquelles Ia prosternation de l’oubli est instituée: 1-Le fidèle qui fait Ie taslim avant de terminer Ia priere, se lèvera et accomplira sa prière. A la fin de sa prière, il procèdera aux deux prosternations. 2-Quand on accomplit un acte suppIémentaire :

En voici la preuve: Une fois, Ie Pro- phète a fait une fois cinq rak’a au lieu de quatre, on lui demanda : -Est-ce qu’un ajout a été institué dans la prière? -Comment cela ? repondit-il. -Tu viens de faire cinq rak’a, lui a-t-on dit. Le Prophète effectua alors deux prosternations après avoir fait Ie taslim. Quand on oublie Ie premier tashahhud: Notons comme preuve ceci : Une fois, pendant que Ie Prophète (saw) dirigeait la prière du zuhr, il s’est relevé après Ies deux rak’a sans s’asseoir (pour faire Ie tashahhud), Ies gens se relevèrent avec lui. Quand il est arrivé a la fin de la prière et que les gens attendaient sa prononciation de la formule du salut [mal, il fit Ie takbir pendant qu’il était assis et effectua deux prosternations avant la prononciation de la formule du salut, ensuite il prononcera la formule du salut. N’est déduit de ce Hadith que celui qui a omis la première position assise (celle du tashahhud) et s’en est rendu compte avant de s’être complètement relevé, doit revenir à sa position première et accomplit l’acte qu’il a omis ; mais, s’il est déjà entière- ment relevé, il ne peut plus revenir à sa position première pour s’acquitter de l’acte omis, mais il effectuera deux prosternations à la fin de sa prière. -Le doute :

Le Prophète a dit : “Quand I’un de vous doute dans sa prière, il ne sait pas s’il a fait trois ou quatre rak ‘a, iI doit dissiper tout doute en se basant sur ce dont il est Ie plus sûr et ef- fectuera deux prostemations avant Ie salut final- taslim-. Si Ie nombre de rak ‘a était de cinq, les deux prosternations rendraient ce nombre pair (quatre). Si Ie nombre était de quatre rak’a, ces deux prosternations traineraient le nez de Satan par terre. 5-Le fidèle qui n’est pas sûr du nombre de rak’a agira de manière à se fonder sur Ie nombre minimum dont il est sûr: Le Prophète (saw) a dit : “Quand l’un de vous n’est pas sûr s’il avait fait une ou deux rak’a, il agira comme s’il avait efiectué une seule. S’il n’est pas sûr s’il avait fait deux ou trois rak’a, iI agira comme s’iI avait effectué deux. S’il n’est pas sûr s’il avait fait trois ou quatre rak’a, il agira comme s’il avait effectué trois, de telle sorte que seul l’ajout soit l’objet du doute, ensuite Ie fidèle accomplira ce qui reste de sa prière, puis procédera a deux pros- ternations, pendant qu’il est assis, après la pro- nonciation de Ia formule du salut taslim

Laisser un commentaire