L’ARROGANCE ET NOUS… NOTRE MALADIE COMMUNE

L’arrogance sous tous les lieux, dans toutes les régions, et en tout temps, est une attitude considérée comme condamnable.

On dit d’un homme ou d’une femme qu’il ou elle est arrogant (e), quand on trouve chez la personne dans ses paroles et ses actes, une attitude de dédain, de mépris vis-à-vis de ses semblables, mais aussi vis-à-vis de Dieu lui-même.

L’arrogance peut se trouver chez toutes les catégories de personnes, chez les pauvres, chez les riches, chez les ouvriers, comme chez les capitalistes, chez les intellectuels, comme chez les analphabètes. Même chez les religieux, on retrouve aussi de l’arrogance vis-à-vis des fidèles. Chez les hommes politiques, aussi bien du Pouvoir que de l’opposition, on retrouve l’Arrogance.

  1. L’arrogance du Patron c’est de croire que sans lui, rien ne peut marcher dans son entreprise ou son service… il traite ainsi ses collaborateurs de simples accompagnateurs avec ou sans lesquels il peut réussir sa mission. Il n’est jamais satisfait du travail de ceux-ci et ignore même leurs contributions à la réussite de sa mission. Il en arrive à oublier qu’il est de passage d’une manière oud’une autre et qu’un jourou l’autre lui ou ses ayants droits auront besoin soit des ex-employés ou de leursdescendants… ainsi va toujours la vie… alors quele patron humble peut toujours retourner sur ses bases avec fière allure, l’arrogant lui après son départ fuit ses anciens collaborateurs et employés à qui il ne peut ni demander service ni reconnaissance.
  2. L’arrogance de l’employé ou du collaborateur c’est de prétendre en permanence qu’il en saitplus que son patron d’oùle refus d’obéissance ou de respect des consignes. Il perd ainsi de grandes opportunités d’apprendre et s’en mord inévitablement les doigts le jour il devient lui-même un patron, un métier qu’il n’a jamais appris à connaitre dans toute sa complexité.
  3. L’arrogance du parvenu c’est traiter avec mépris ses anciens bienfaiteurs… ses anciens amis … Il nerépond plus s’il ne change pas de numéro de téléphone… on le cherche désormais avectorche… dans la journée… et même quand vous le rencontrez il feint de ne pasvous reconnaitre l’arrogance vis-à-vis de la vie, et de la mort c’est d’ignorer le sens de notre existence sur Terre…. c’est ignorer d’où nous venons ainsi que notre destin implacable… cette arrogance-là nousemmène a nous croire témoin d’une histoire qui n’existe pas en fait…
  4. L’arrogance dans le couple c’est de croire qu’on est seul, et qu’on doit avoir les mêmes qualités et les mêmes désirs. Et que l’autre est le seul à avoir des défauts dont on est toujours victime… Au lieu que les différences deviennent des opportunités de créativités enrichissantes, elles deviennent des prétextes et sources de poisons…
  5. L’arrogance du voisinage, c’est l’ignorance totale du voisin. On en arrive à ne même connaitre son nom pourtant on se côtoie sinon les enfants eux-mêmes se fréquentent régulièrement… on le sait. Mais on ne fait aucun effort vers le voisin notre premier secours potentiel en cas de coup dur.
  6. L’arrogance du vainqueur, c’est de se croire tout permis. Il est plus obnubilé par les avantages matériels de sa victoire que par les causes et les circonstances historiques, sociologiques, économiques qui y ont contribué. Il pense qu’il est seul et le dernier responsable de la victoire. Et il croit que tout est fini. Il n’y a plus rien, ni en face, ni derrière, ni à gauche, ni à droite, ni en bas, ni en haut. Il en arrive même à oublier d’où il vient, ses propres souffrances. Il ignore où il feint d’ignorer aussi les souffrances et les humilia­tions de ceux il croit avoir vaincu définitivement.
  7. L’arrogance du vaincuest toute aussi tenace et dangereuse quel’arrogance du Vainqueur. Le Vaincu refuse de reconnaitre et de comprendre les causes réelles et fondamentales de sa défaite. Il s’acharne à se donner des excuses, il trouve des boucs émissaires.
  8. Comme le vainqueur arrogant, le vaincu arro­gant ne pense qu’a lui-même et à lui seul. Il ne pense ni à ses victimes ni à ses propres et pauvres partisans qui ont souffert et continueront à souffrir pour lui. Ce qui compte pour lui malgré sa situation de vaincu, c’est de faire mal à son tombeur par tous les moyens. Le seul bénéfice pour lui, c’est de se donner l’impression qu’il est toujours nuisible à l’autre…C’est presque exactement l’histoire de l’homme qui a préfère le supplice du borgne pour voir son ennemi complètement aveugle, en croyant ainsi que son sort était meilleur malgré son handicap.
  9. L’arrogance du riche, c’est de croire qu’il peut tout avoir avec l’argent. Pour lui, les pauvres méritent leur sort. Du haut de sa richesse, il pense qu’il ne rencontrera plus jamais la pauvreté et encore moins les pauvres. Quand vous l’appelez au téléphone ou vous lui rendez visite, il pense immédiatement que vous venez quémanderquelque chose… Il fuitceux qui n’ont rien selon lui. Il pense impossible le fait qu’un démuni puisse être capable de rendre service à un riche de quelque manière que ce soit.
  10. L’arrogance du pauvre L’arrogance du pauvre, c’est le refus d’accepter que la richesse est un don de Dieu… il croit à tort ou à raison que tout ce qui lui arrive est dû au fait qu’il n’a rien… même ses propres défauts. Il ne supporte pas qu’on lui refuse quelque chose, une faveur ou un service quand il ose demander… il croit qu’il a droit à tout puisque les autres ont déjà tout.
  11. L’arrogance du religieux, c’est de croire que seule son onction personnelle donne droit à la félicité divine. Sa seule interprétation du livre sacré est la vérité suprême. Même en dehors des considérations religieuses, son choix est aussi le choix divin. Tout choix en dehors de son choix conduit directement aux portes de l’enfer. Lui ne se trompe jamais… car il représente le Seigneur sur terre.
  12. L’arrogance del’homme politique, c’est de croire que ses parti­sans l’admirent pour seulement ce qu’il est et non ce qu’il représente. Et que ses ennemis le combattent pour ce qu’il est et non ce qu’il fait. Une forme d’arrogance chez l’homme politique, c’est le refus d’accepter, le constat de mauvais casting dans son entourage ou d’admettre simplement, sincèrement et publiquement ses erreurs politiques et de gestion ou de celles de ses amis et collaborateurs… c’est aussi le refus systématique de l’alternance. Car pour lui, les autres ne comptent pas. Ainsi, l’arrogance chezl’homme politique se termine par son isolement total de ses vrais et sincères.. ceux qui peuvent l’aider à faire le tri entre le vrai et le faux et aussi l’hostilité permanente de ses adversaires.

En un mot comme en cent, l’arrogance est l’ennemie mortelle de chacun d’entre nous. Que le SEIGNEUR nous en préserve en tout lieu. Amine.

En toute évidence l’arrogance rend malade. Alors comment en guérir ?

 

  • 1
    Share