ABIDJAN : BANQUE

Coris Bank lance sa branche finance islamique

La finance islamique est de plus en plus pratiquée à travers le monde du fait de son caractère éthique, responsable et non spéculatif. Pour répondre aux besoins de sa clientèle, Coris Bank International Côte d’Ivoire, a lancé ce vendredi 22 juin 2018, sa branche finance islamique dénommée Coris Bank International Baraka (CBI Baraka).

C’est pour rester davantage proche de sa clientèle tout en se conformant aux prescriptions de la loi islamique que CBI Côte d’Ivoire a ouvert son agence dédiée à la finance Islamique. Celle-ci se présente comme une solution de financement qui permet à tous de jouir des divers produits qui s’offrent aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises quelle que soit leur appartenance religieuse. Ce sont entre autres : la Mourabaha financement, la Ijara financement, les comptes d’investissement Moudaraba et les comptes de dépôt à vue wadi’a ; qui constituent le portefeuille de prestations offertes à la clientèle de CBI Baraka. A cet effet, un comité de conformité interne ou comité charia constitué de trois membres dont les imams Cissé Djiguiba et Youssouf Doumbia veillera au respect des principes de la loi islamique. Prenant la parole, Hadja Sylvie Saly Kindy Compaoré, Directrice de CBI Baraka de préciser qu’outre les produits spécifiques cités plus haut, CBI Baraka opère également dans les opérations bancaires, les transferts internationaux et autres services. Représentant Adama Koné, ministre de l’économie et des finances, Charles Douais, affirmera que ‘’la finance islamique rassure. Elle est une institution financière qui contribuera au développement du pays’’. Cette cérémonie a été rehaussée par la présence d’Idrissa Nassa (Président du Groupe Coris), de Mamadou Sanon (Directeur général de CBI Côte d’Ivoire) et plusieurs autres personnalités. Il y a lieu de préciser que la finance conventionnelle est de nos jours, pointée du doigt pour ses responsabilités dans les crises de l’économie mondiale. La finance islamique apparaît alors comme une alternative d’autant plus intéressante qu’elle est très connectée à l’économie réelle et repose sur le partage de risques.

A.Pamanta

 

La finance islamique : Qu’est-ce que c’est ?

La finance islamique est une finance éthique, responsable et non spéculative. Elle s’adresse à tous ceux qui souhaitent investir, épargner, prêter ou emprunter de manière éthique et conforme au code moral de la finance islamique. L’Islam ne s’oppose pas mais, au contraire, encourage le profit comme le revenu d’un effort d’entreprise et d’un capital investi. Seules les légitimations de l’argent comme un capital et la justification de l’intérêt comme un avantage pour le simple fait de s’être abstenu de consommer sont rejetées. La majorité des transactions (la vente et l’achat) sont permises en Islam, les interdictions n’étant que des exceptions.

Les principes majeurs de la Finance Islamique

La finance islamique repose sur cinqua principes majeurs que sont :

-L’interdiction de l’intérêt ou de l’usure (Riba) et des comportements spéculatifs et excessivement incertains (Gharar et Maysir),

-La prohibition des secteurs économiques tels que l’alcool, les jeux d’argent, le tabac, la drogue, la pornographie, etc.

-L’obligation de partage des profits ou des pertes entre tous les associés (entrepreneurs et financeurs) et l’obligation d’adosser toute transaction financière à un actif tangible.

 

Les différentes offres

Wadi’a : C’est un contrat par lequel la banque accepte les fonds du client, pendant une période non spécifiée, avec la permission d’employer ces fonds pour différentes activités conformes aux principes de la finance Islamique avec obligation de restitution à sa demande.

Ijara : C’est un contrat de location avec acquisition. La banque loue un bien pour une période déterminée à un client. Le coût de location est échelonné sur la période. A terme, le client peut choisir l’option d’acquérir le bien ou non. Il peut être assimilé au crédit-bail classique.

Mourabaha : C’est une opération de financement par laquelle la banque procède, sur demande du client, à l’acquisition au comptant d’un bien et sa revente à l’acheteur final (le client) avec paiement différé du prix de vente qui est composé du coût d’achat plus une marge bénéficiaire revenant à la banque.

Moudharaba : C’est un type de partenariat où le client donne de l’argent à la banque pour l’investir. L’investissement provient du client qui est appelé « bailleurs de fonds », tandis que la gestion et le travail sont de la responsabilité exclusive de la banque, qui est appelée « gestionnaire ».

CORIS BANK INTERNATIONAL BARAKA
Immeuble Alliance au Plateau
Tél. +225 20 20 94 75 / 06 54 20 19

  • 3
    Shares