Le prophète Mouhammad (saw) dans la société

Les droits de l’enfant

Il ressort de l’examen des histoires et des hadiths que le Prophète a accordé à l’enfant une partie de son temps et beaucoup de son attention. Avec les enfants il était un père aimant, sage et éducateur qui plaisantait et jouait avec eux et leur donnait des conseils tout en les éduquant. La période de l’enfance est la période la plus importante et la plus fertile, l’éducateur doit la mettre à profit pour inculquer à l’enfant les valeurs et principes fondamentaux de l’Islam. Le prophète aimait beaucoup les enfants de sorte qu’à chaque fois qu’il marchait dans la rue, il prodiguait force tapes amicales et caresses à ceux d’entre eux qu’il rencontrait sur son chemin. Il ne manquait jamais de visiter les malades pour s’enquérir de l’état de leur santé et de les réconforter et se joignait également aux processions mortuaires. Dans la vie du Prophète il y a de nombreuses positions éducatives et pédagogiques qui doivent être scrupuleusement étudiées par ceux qui s’intéressent à l’éducation et à la réforme, pour en tirer les avantages, cueillir les fruits, les imiter et, à leur lumière, traiter avec les enfants d’aujourd’hui car ceux-ci sont les hommes de demain.

L’émancipation de la femme

Le Prophète Mohammed (saw) a été l’un des plus grands défenseurs de la femme. Tous les récits de sa tradition, de sa vie et de ses actes et paroles témoignent de l’immense respect et considération qu’il vouait à toutes les femmes. Que cela soit avec ses épouses, ses filles ou les femmes en général, le prophète était toujours là pour les soutenir, les encourager, les libérer et les aimer surtout… Dans un de ses célèbres hadiths, le Prophète (saw) affirmait que de ce monde, Dieu lui avait fait aimer, de cette vie, les femmes et les parfums et que la salat (la prière) était la prunelle de ses yeux. On remarquera que dans ce hadith le Prophète (saw) mentionne les femmes en même temps que les parfums et la prière alors que cette dernière constitue un acte fondamental de la pratique spirituelle de l’islam. Il aimait les femmes dans la vie terrestre comme symbole du bonheur de vivre comme il aimait la prière dans la vie spirituelle. Ce rapport subtil entre amour, bonheur et spiritualité témoigne de la façon particulière dont le Prophète (saw) aimait les femmes. C’est une vision des femmes tout à fait novatrice pour ne pas dire révolutionnaire qu’apportait le Prophète (saw) au beau milieu d’une société tribale, bédouine et faudrait-il le rappeler totalement hostile aux femmes. Alors que ces dernières étaient considérées le plus souvent comme un butin à convoiter, dévalorisées et marginalisées dans une société dont le patriarcat était des plus austères, voilà que le Prophète (saw) leur dit qu’il les aiment comme il aime la prière et que pour lui, elles incarnent la source de vie et du bonheur sur terre! Le Prophète Mohammed (saw) n’a pas fait qu’aimer les femmes dans un sens idéaliste, il a démontré qu’il les aimait profondément en ébranlant complètement les fondations de la société misogyne de l’époque. Il a tout fait pour leur donner un statut légal de femmes indépendantes et autonomes au sein de la société islamique naissante et ce, malgré les réticences voire les résistances de ses propres compagnons et des plus fidèles d’entre eux qui n’arrivaient pas à concevoir que les femmes puissent avoir des droits ! Le Prophète (saw) s’est battu de façon acharnée pour que les femmes puissent choisir librement leur futur époux, qu’elles ne soient plus subordonnées aux maris, pères et frères, qu’elles puissent prendre la parole pour se défendre, s’exprimer et critiquer…Et il serait trop long de citer toutes les femmes qui ont compris ce message de liberté, qui l’ont vécu, transmis et qui ont été les premières à s’engager du côté du Prophète (saw), de celui qui les comprenait et les aimait. Khadija, l’épouse et la compagne de la première heure, la première qui saura le protéger, l’apaiser et surtout le convaincre de l’authenticité de la révélation qu’il avait reçue… Oum Salma qui sera sa conseillère politique lors des moments les plus difficiles, quand il se retrouvera tout seul et incompris de tous…Aïcha, l’amour de sa vie, celle qui aura appris du souffle de la prophétie ce que bon nombre de compagnons n’auront pas saisi ni assimiler, celle qui sera la gardienne de son enseignement, qui n’hésitera pas à défendre son opinion jusqu’à se retrouver en pleine bataille au désert en face de son gendre et calife Ali. Ce sont des femmes de cette trempe là que le Prophète (saw) aimait et dont il encourageait les actions. Il voulait des musulmanes, fortes, épanouies dans leur spiritualité et dans leur ardeur de vie. Il embrassait ses filles alors que la culture bédouine voyait en cela un signe de faiblesse. Il aidait ses femmes au foyer alors que l’homme arabe ressent cela comme une atteinte à sa virilité…Il rendait visite aux anciennes amies de sa femme Khadija, visitait les femmes malades, envoyait des cadeaux et de l’aide aux veuves de sa communauté, raccompagnait celles qui avaient un long trajet à faire…C’est comme cela que le prophète de l’islam témoignait de son amour auprès des femmes. Le Prophète (saw) a puisé de toutes ses forces dans le message libérateur de l’Islam pour libérer les femmes, les émanciper, les aider à sortir de leurs conditions précaires de femmes recluses.

Laisser un commentaire