Trois leçons de l’histoire de Moussa à méditer le jour de Achoura

A l’occasion de cette journée de jeûne du jour de Achoura, dont la récompense attendue équivaut à l’expiation des péchés d’une année entière, AJIB.FR partage quelques enseignements de l’histoire parfois oubliée de Moussa, ‘alaihi assalam, et son peuple avec Pharaon et son peuple.

Rappelons tout d’abord le hadith qui nous rappelle pour nous jeûnons ce jour :

D’après ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) : Lorsqu’il est arrivé à Médine, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a trouvé les juifs qui jeûnaient le jour de ‘Achoura et il leur a dit : « Quel est ce jour que vous jeûnez ? ».
Ils ont dit : Ce jour est un grand jour. C’est dans ce jour qu’Allah a sauvé Moussa et son peuple et qu’Il a noyé Pharaon et son peuple. Ainsi Moussa l’a jeûné en remerciement et donc nous le jeûnons.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Nous sommes plus en droit de Moussa que vous ».
Et alors il a jeûné ce jour et a ordonné de le jeûner.
(Rapporté par Boukhari et Mouslim)

L’histoire de la fuite de Moussa ‘alaihi assalam et de son peuple et de la poursuite par Pharaon et son armée est rapportée dans le Coran à de multiples reprises. Quels enseignements en tirer pour nos vies quotidiennes ?

Premièrement : L’exemple de Moussa dans cet épisode de sa vie est l’exemple intemporel de la foi et la confiance inébranlable en Son Créateur, même dans la pire des circonstances et des difficultés : alors que l’armée de Pharaon avait rattrapé la population des Banu Isra’il, acculée dos à la mer, pauvre, indigente, et à la merci de l’armée redoutable de Pharaon, Moussa n’a pas douté une seconde de la puissance de Son Créateur et de Son soutien.

Les compagnons de Moussa lui dirent :

« Ses troupes nous ont rattrapées ! Si nous nous arrêterons nous périrons ! »

Moussa leur répondit, avec une foi ancrée, un cœur apaisé et une pleine confiance en Allah : « Jamais ! » c’est-à-dire qu’ils ne nous attraperons pas « Il dit : « Jamais, car j’ai avec moi mon Seigneur qui va me guider. »

Que celui ou celle qui cherche le succès garde ces paroles en tête et les répète lorsque les difficultés l’encerclent et que toutes les portes se ferment: « j’ai avec moi mon Seigneur qui va me guider. »

Deuxièmement : L’exemple de Moussa et de son peuple juste avant cette délivrance d’Allah soubhanahou wa ta’ala est un exemple d’épreuves et de patience comme nul autre. Les enfants d’Israël ont eu à subir le meurtre sans vergogne de tous leurs fils par les soldats de Pharaon, la pauvreté, l’isolation, l’esclavage, l’oppression. Ils étaient mêmes contraints à prier chez eux. Allah a dit : « Et Nous révélâmes à Moïse et à son frère : « prenez pour votre peuple des maisons en Egypte, faites de vos maisons un lieu de prière et soyez assidus dans la prière. Et fais la bonne annonce aux croyants » (s10, v87). Le sens du verset comme l’a dit ‘Awfî selon Ibn Abbâs : « les enfants d’Israël ont dit à Moïse : nous sommes incapables de faire voir notre prière avec les pharaons’. Allah leur a ordonné de prier chez eux ». Moujahid a dit : « Lorsque les enfants d’Israël ont eu peur que Pharaon les tuent dans les temples, on leur a ordonné de prendre leurs demeures comme lieu de prière, en direction de la Ka’ba, et d’y prier en secret ». C’est également ce qu’ont dit Qatada et Dahhak.

La patience dans cette épreuve a fini par payer, et après la difficulté Allah leur a donné la liberté et la délivrance.

Restons donc fermes dans les épreuves, et confiants que tôt ou tard, la délivrance viendra tant que l’attachement à Allah et la pratique sincère de la prière est intact.

Troisièmement : L’exemple de Moussa et de son peuple dans cette journée de délivrance par Allah est également un rappel sur l’importance de l’invocation et de la persévérance dans l’invocation jusqu’au décret divin.

L’invocation est un moyen de soulager les peines et de se délivrer des épreuves des injustes et oppresseurs et une sauvegarde contre les mécréants.

Allah dit : « Ils dirent : « En Allah nous plaçons notre confiance. O notre Seigneur, ne fais pas de nous une cible pour les persécutions des injustes. Et délivre-nous, par Ta miséricorde, des gens mécréants. » » (s10, v85-86).

Allah dit aussi : « Et Moïse dit : « O notre Seigneur, tu as accordé à Pharaon et ses notables des parures et des biens dans la vie présente, et voilà, O notre Seigneur, qu’avec cela ils égarent les gens loin de Ton sentier. O notre Seigneur, anéantis leurs biens et endurcis leurs cœurs, afin qu’ils ne croient pas, jusqu’à ce qu’ils aient vu le châtiment douloureux »(s10, v88)

Il faut, malgré cela, rester sur la voie du bien et ne pas être pressé d’acquérir le résultat car c’est une chose que Seul Allah décrète quand Il veut et comme Il veut ( سبحانه و تعالى ).

Allah dit : « Il (Allah) dit : « Votre prière est exaucée. Restez tous deux sur le chemin droit et ne suivez pas le sentier de ceux qui ne savent pas ». » (s10, v89)

Ibn Jarîr a dit : « On raconte que Pharaon est resté encore 40 ans après cette invocation (de Moussa contre Pharaon)» car c’est Allah qui choisit le moment auquel Il châtie ses ennemis.

 

Qu’ALLAH accepte en cette belle journée de jeûne toutes les bonnes actions et le repentir sincère de nos lecteurs et de tous les musulmans dans le monde, qu’IL allège les épreuves des populations oppressées (et elles sont si nombreuses aujourd’hui…) et qu’Il nous donne la patience et la détermination de s’en remettre à LUI dans toutes nos affaires.

ajib.fr

Laisser un commentaire